Rio répond encore

le
0

Il y a dix ans, Rio Mavuba évoluait aux Girondins de Bordeaux, et son président, Jean-Louis Triaud, ne croyait pas vraiment aux rumeurs de départ. Pourtant...

Le 14 novembre 2006, 20 Minutes écrivait :

Jean-Louis Triaud : "Rio Mavuba, c'est un garçon qu'on apprécie énormément. J'ai beaucoup d'estime pour lui. Il est sous contrat avec les Girondins jusqu'en 2009. Nous prendrons une décision ensemble. J'ai lu ce qu'il avait déclaré. Pour nous, cela s'arrête là. S'il peut partir dès cet hiver ? Nous n'avons pas du tout évoqué ce cas ni avec l'entraîneur, ni avec le joueur. Mavuba sait où me trouver pour en parler. "



Novembre 2006. Mécontent de son temps de jeu, Rio Mavuba souhaite quitter Bordeaux à la fin de la saison et le fait savoir dans la presse. Pour son président, Jean-Louis Triaud, ce ne sont alors que de simples paroles. Des rumeurs. Rien de concret. Rio Mavuba n'a alors que 22 ans. Et une grande carrière devant lui. Deux ans auparavant, il a remporté le fameux tournoi de Toulon d'où il est également reparti avec le trophée de meilleur joueur de la compétition. Deux mois plus tard, le milieu de terrain découvre même l'équipe de France lorsque Raymond Domenech le sélectionne pour un match amical face à la Bosnie. Rio est un homme que l'on surveille, un joueur qui a le potentiel pour jouer dans une grosse écurie. D'ailleurs le Real Madrid s'est positionné sur le dossier depuis maintenant deux saisons. Alors forcément, son faible temps de jeu en Gironde, Mavuba ne le comprend pas. Et l'accepte encore moins.

Un départ mois beau que prévu


Pourtant, confirmant les dires de son président, le joueur ne fait pas ses valises au mercato d'hiver. Il reste bien du côté de Bordeaux où il finira même par remporter la Coupe de la Ligue face à Lyon, en fin de saison. Sauf que, dans sa tête, le départ est acté. N'en déplaise à Triaud. Et si le Real lui faisait les yeux doux depuis quelques temps, le milieu de terrain s'en va bien en Espagne mais du côté de Villarreal. Une équipe où il sera vraisemblablement plus simple de faire son trou. En théorie, seulement. Car dans la pratique, l'ancien Bordelais se contente de cirer le banc. Ses apparitions se font rares. Trop rares.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant