Rio : le modeste bilan de la réunion de 1992

le
0
Le développement durable n'est plus une notion abstraite. Néanmoins, la concentration de gaz à effet de serre augmente toujours depuis 20 ans.

«Comment traduire sustainable development?» Dans la fournaise du sommet de la Terre, il y a vingt ans, la question taraudait les journalistes francophones. «Développement soutenable? Développement durable?» Ce concept retentissait en boucle, depuis le très éclectique forum des ONG sur la plage de Botafogo jusqu'au sommet officiel des chefs d'États, barricadés quarante kilomètres plus loin.

Le terme semblait alors exotique autant qu'obscur. Pourtant, il fêtait déjà ses 20 ans. La «conférence des Nations unies sur l'environnement humain» de 1972 à Stockholm avait posé les fondations de «l'éco-développement». Sa définition fut formalisée en 1987 dans le rapport Brundtland: «Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.»

Au sommet de la Terre de Rio, le plus grand rassemblement de chefs d'État organisé jusqu'alors, il s'agissait de récon...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant