Rio Ferdinand allume David Moyes, son ex-coach à Manchester United

le
0
Rio Ferdinand allume David Moyes, son ex-coach à Manchester United
Rio Ferdinand allume David Moyes, son ex-coach à Manchester United

Les supporters de Manchester United ne gardent pas un bon souvenir de David Moyes en tant qu'entraîneur des Red Devils. Rio Ferdinand non plus ! Dans son autobiographie intitulée « #2sides» et paraissant sous forme de feuilleton dans le quotidien «The Sun», le défenseur anglais allume son ancien coach.

La saison dernière, David Moyes avait la lourde, trop lourde tâche, de succéder à son compatriote, le légendaire Sir Alex Ferguson. Manchester United a terminé le championnat anglais à une désastreuse 7e place et David Moyes n'a pas fini la saison. Le 22 avril, il était remplace par Ryan Giggs.

«Il a essayé d'imposer sa vision, mais elle n'a jamais vraiment semblé très claire, explique le défenseur anglais de 35 ans. Involontairement, il a créé une ambiance négative, alors qu'avec Fergie (Sir Alex Ferguson), elle avait toujours été positive. Moyes nous configurait pour ne pas perdre, alors que nous étions habitués à jouer pour gagner.»

Les joueurs privés de frites

La fracture entre les joueurs et leur entraîneur portait aussi sur le style de jeu imposé par David Moyes : «La plus grande confusion régnait sur la façon dont il voulait qu'on progresse avec le ballon. Il nous a souvent demandé de jouer long. Certains joueurs ont eu l'impression de frapper plus de longs ballons qu'à n'importe quel autre moment de leurs carrières. Parfois, notre principale tactique était de jouer long, haut, dans la diagonale. C'était gênant. A domicile contre Fulham, on a fait 81 centres ! Je me demandais ce qu'on allait en faire. Andy Carroll (l'attaquant de West Ham United mesurant 1,93m) ne jouait pas avec nous !»

Comme si ce n'était pas suffisant pour se mettre le vestiaire à dos, David Moyes est allé encore plus loin : il a interdit à ses joueurs de manger des frites les semaines de matchs. «Ce n'est pas quelque chose pour lequel j'aurais fait la révolution, mais ça a énervé tous les gars», raconte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant