Rio 2016, natation : Phelps ajoute un 22e titre à sa collection

le
0
Rio 2016, natation : Phelps ajoute un 22e titre à sa collection
Rio 2016, natation : Phelps ajoute un 22e titre à sa collection

Toujours plus incroyable Michael Phelps ! La star des bassins a encore frappé ce jeudi (ce vendredi matin matin en France) aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro. L'Américain a en effet ajouté une 22e médaille d'or à son unique collection en survolant le 200 m 4 nages.

 

A la lutte sur les 150 premiers mètres de courses avec son compatriote Ryan Lochte et le Brésilien Thiago Pereira, chouchou du public, le nageur de Baltimore a largué la concurrence sur la dernière longueur, le parcours de nage libre. Il s'impose finalement en 1'54"66, tout près du record du monde (1'54"00) mais surtout avec près de 2 secondes d'avance sur le médaillé d'argent, le Japonais Kosuke Hagino (1'56"61). Le Chinois Wang Shun se couvre de bronze en 1'57"05.

 

Encore 2 médailles d'or ?

 

C'est le 4e sacre de Michael Phelps dans la cité carioca. Dimanche, il avait remporté le 4x100 m nage libre (3'09"92) devant la France. Mercredi, il avait triomphé coup sur coup sur 200 m papillon (1'53"36) puis au sein du 4x200 m nage libre (7'00"66).

 

Avec ce succès, il remporte le 200 m 4 nages pour la quatrième fois consécutive aux JO (2004, 2008, 2012 et donc 2016), un exploit totalement inédit dans les bassins. Il égale néanmoins ce qu'avait réalisé par exemple la légende américaine de l'athlétisme, Carl Lewis, qui s'était imposé sur le saut en longueur en 1984, 1988, 1992 et 1996.

 

La moisson de Phelps n'est sans doute pas terminée puisque l'étoile américaine disputera la finale du 100 m papillon la nuit prochaine (samedi, 3h12 en France) avant de décrocher, peut-être, un sixième et dernier titre au sein du relais 4x100 m 4 nages dimanche. Emu aux larmes sur le podium du 200 m 4 nages, comme mercredi après le 200 m papillon auprès de sa mère Debbie, sa femme Nicole et son fils Boomer, le déjà légendaire Michael Phelps n'a donc pas fini de battre ses propres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant