Rio 2016, natation : Aurélie Muller, l'éloge de la souffrance

le
0
Rio 2016, natation : Aurélie Muller, l'éloge de la souffrance
Rio 2016, natation : Aurélie Muller, l'éloge de la souffrance

Auréolée de son titre de championne du monde 2015, Aurélie Muller, 26 ans, fait partie des favorites pour l’épreuve du 10 km (ce lundi, départ à 14 heures). Une discipline exigeante avec les têtes et les corps. La Française a franchi un palier depuis qu’elle a appris à faire de la douleur une alliée. «La souffrance est quotidienne, c’est obligatoire, explique la protégée de Philippe Lucas. Elle est plus mentale que physique. Parce que quand on a mal et qu’on fait quelque chose de bien, on l’oublie. En compétition, c’est presque facile tellement c’est dur à l’entraînement.» Depuis qu’elle a rejoint l’ancien mentor de Laure Manaudou, Muller nage plus en termes de volume et d’intensité.

 

«L’an passé, j’ai fait mon premier 25 km (NDLR : épreuve non olympique) aux Mondiaux, sourit-elle. J’étais épuisée en sortant de l’eau mais ce n’était pas traumatisant. Je fais ça en deux jours à l’entraînement. A force, ton corps sait ce que c’est. Depuis que je suis chez Philippe (mars 2015) je n’accepte pas plus de me faire mal mais j’ai beaucoup plus confiance en mes capacités. Au début, je me suis dit qu’il était fou. Il s’en fout que tu sois malade ou fatiguée. Au fil des semaines, je me suis rendu compte que malgré la fatigue ou parfois le manque d’envie, j’étais capable de faire des choses que je ne faisais pas avant. Ça te rend plus forte.»

 

«Je n'ai pas le temps de penser à la liste des courses !»

 

Pendant les deux heures de course, l’Alsacienne doit chasser les pensées négatives. «Si tu es vraiment concentrée sur l’objectif, tu les oublies, analyse-t-elle. Une fois que tu n’es plus concentrée, là ça arrive. Tu as froid et c’est parti… Tu perds le fil. En fait, il y a plein de trucs auquel penser : se placer au départ, gérer le ravitaillement, regarder autour de soi, profiter de la vague comme au vélo, réfléchir à appliquer la meilleure des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant