Rio 2016 : ici, ils fêteront leurs médailles

le , mis à jour à 10:04
0
Rio 2016 : ici, ils fêteront leurs médailles
Rio 2016 : ici, ils fêteront leurs médailles

Le long du manège de la Société hippique brésilienne, les drapeaux tricolores ont déjà été levés. Dans cet élégant club situé à quelques mètres du lac Rodrigo de Freitas, théâtre des épreuves olympiques d'aviron et de canoë course en ligne, l'heure est aux derniers préparatifs. Sous les bras ouverts du Christ Rédempteur, les ouvriers s'activent pour achever la zone de restauration. Sous le grand manège couvert, un écran géant a déjà été monté et de larges photos des sportifs français médaillés olympiques à Londres en 2012 ont été accrochées aux murs. L'esprit bleu s'est déjà emparé des lieux.

 

« Mais nous n'allons pas empêcher les spectateurs des autres nationalités de venir profiter du Club France, bien au contraire ! Nous sommes ouverts à tous, c'est ça l'esprit olympique ! » sourit Sylvie Matthews. Cette ancienne athlète française d'aviron, aujourd'hui responsable de l'événementiel au Comité national olympique et sportif français, travaille depuis deux ans sur le projet du Club France qui ouvrira ses portes le 5 août. « Nous allons pouvoir accueillir 5 000 visiteurs par jour de midi à 2 heures du matin, poursuit-elle. Pour entrer ici, ils devront seulement s'acquitter d'un droit d'entrée, à hauteur de 5 €. »

 

Une fois dans l'enceinte de la Société hippique, les amateurs de sport pourront assister aux épreuves sur l'un des deux écrans, se restaurer auprès de food trucks français et brésiliens ou participer eux-mêmes à des activités sportives.

 

Beach-volley, football, skimboard : plusieurs animations seront proposées sur le manège extérieur. Une école de cirque de Marseille, une troupe de danse urbaine et des groupes de musique assureront le spectacle sous le manège couvert.

 

Véritable quartier général de l'équipe de France olympique, le Club France sera surtout une étape incontournable pour les athlètes tricolores, avant et après les épreuves. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant