Rio 2016, handball : les experts dans la douleur

le
0
Rio 2016, handball : les experts dans la douleur
Rio 2016, handball : les experts dans la douleur

Le spectre du zéro pointé a un moment flotté sur la Future Arena. Mais contrairement à ses homologues masculins du volley, du basket et du water-polo, l'équipe de France de handball a, elle, ouvert ses Jeux par un succès. Une victoire étriquée (25-23), marquée par de gros toussotements offensifs en deuxième période, mais qui permettra néanmoins aux double champions olympiques de défier le Qatar mardi matin aux aurores (9 h 30 locales) sans stress post-traumatique.

Le dépucelage des rookies. Claude Onesta assure qu'il n'y avait là aucune volonté de les délester du poids de la première fois. C'est pourtant avec une formation majoritairement composée de joueurs n'ayant jamais participé aux Jeux Olympiques que les Bleus ont attaqué leur premier obstacle. Présents pour encadrer «la marmaillle» en première période, Nikola Karabatic et Cédric Sorhaindo ont laissé les jeunes s'exprimer et mener la danse, comme pour leur laisser tout le loisir d'amadouer ce si singulier univers olympique. «Si c'était le but, c'est bien coaché, se marre Valentin Porte. Mais des rookies, il y en a tellement dans cette équipe (ndlr : 9 avec le remplaçant Olivier Nyokas) que de toute façon, ils vont forcément jouer.»

Les Bleus sifflés par le public carioca

La surprise Vincent Gérard. Parmi les novices olympiques, Vincent Gérard était le plus inattendu pour garder cette cage d'ordinaire dévolue à l'indétrônable Thierry Omeyer. A mille lieues «d'imaginer débuter en se couchant la veille», le portier de Montpellier avoue «avoir été le premier surpris d'apprendre sa titularisation le matin» au petit-dej'. La nouvelle ne l'a en rien troublé. Outre ses neuf arrêts, Gérard s'est offert le luxe d'inscrire hier son deuxième but en équipe de France en l'espace de 15 jours et d'égaler le maître Thierry Omeyer qui avait dû attendre le jour des 38 ans (3 novembre 2014) pour inscrire son premier but sous le maillot tricolore.

Pris en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant