Rigueur : Hollande ne s'interdit rien

le
1
Face à la dégradation économique, le chef de l'État ne renonce ni aux hausses d'impôts ni aux économies. » Des députés PS réclament un vrai débat fiscal

Coincé. Entre des ministres qui assurent, d'un côté, être arrivés au bout des économies possibles et, de l'autre, des socialistes qui appellent à arrêter les hausses d'impôts, François Hollande va devoir faire des mécontents. A fortiori s'il veut redresser les comptes du pays, comme il l'a promis et comme l'Europe l'y oblige. Le chef de l'État a annoncé samedi de nouvelles économies et «subsidiairement» de nouveaux prélèvements. De quoi démoraliser la majorité et exciter l'opposition.

Déjà, à droite, on dénonce par avance d'éventuelles hausses d'impôts à venir. Pour le patron des députés UMP, Christian Jacob, le gouvernement est en train de «nous la jouer sur l'air du Tout va très bien Madame la Marquise, alors qu'on voit dans quel matraquage on risque de partir, vu que sa ligne n'est pas de ré...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • derastea le mercredi 27 fév 2013 à 08:49

    C'est donc pas fini.