Rien ne se perd, tout se partage! Le nouveau modèle économique du "collaboratif"

le
0
Rien ne se perd, tout se partage! Le nouveau modèle économique du "collaboratif"
Rien ne se perd, tout se partage! Le nouveau modèle économique du "collaboratif"

Partager sa voiture, prêter son logement, louer une perceuse... sur fond de baisse du pouvoir d'achat, les Français, portés par l'essor des échanges en ligne, se tournent vers une consommation dite "collaborative", qui amorce une nouvelle ère économique, selon ses théoriciens.Cette tendance, que ses adeptes croient durable, désigne un modèle où l'usage de l'objet prime sur la propriété, et les individus décident de mieux consommer en mutualisant leurs ressources. "Aujourd'hui, le rêve des jeunes n'est plus de posséder une voiture mais, grâce à leur téléphone, de pouvoir en utiliser une quand ils en ont besoin", souligne Anne-Sophie Novel, blogueuse, spécialiste du sujet (auteure notamment de "La vie share, mode d'emploi").En effet, le covoiturage explose, de même que la revente d'objets sur internet, ou les achats groupés directs au producteur, via des leaders comme blablacar, leboncoin ou laruchequiditoui.Le "couchsurfing", qui permet de se loger gratuitement dans le monde entier et de rencontrer les habitants des pays visités, regroupe aujourd'hui 5 millions d'adeptes.Grâce à la multiplication de plateformes collaboratives, des pratiques ancestrales comme le troc ou l'échange sont remises au goût du jour.Surfant sur la tendance, Julien Lemaître a lancé il y a deux ans echangedefinitif.com, un site internet pour échanger définitivement son logement, avec frais de notaire réduits. "En temps de crise, c'est une bonne alternative à l'achat-revente", estime-t-il, même si le site n'a, pour le moment, pas encore atteint l'audience escomptée.Les initiatives se comptent par centaines sur internet. Toutes ne seront pas pérennes, mais le secteur a de l'avenir, notamment en France.Selon une récente étude de la TNS Sofres, 8 Français sur 10 pratiquent ou ont l'habitude de pratiquer cette nouvelle façon de consommer.Pour 63% des sondés, son principal intérêt est de payer moins cher. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant