"Rien n'est définitivement acté" avec l'Iran, dit Fabius

le
0

PARIS, 12 avril (Reuters) - Le ministre français des Affaires étrangères n'exclut pas un éventuel rebondissement qui viendrait compromettre la signature définitive d'un accord sur le nucléaire iranien fin juin. Un accord préliminaire a été conclu début juin à Lausanne entre l'Iran, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Il prévoit notamment de limiter l'enrichissement d'uranium par la République islamique pendant dix ans, contre la perspective d'une suspension des sanctions internationales imposées à Téhéran. ID:nL6N0X003I Un nouveau rebondissement venant compromettre la signature d'un accord définitif n'est "pas l'hypothèse la plus probable", estime Laurent Fabius dans une interview au Parisien Dimanche. "Mais on ne peut l'écarter", ajoute-t-il. "Plusieurs sujets sensibles n'ont pas encore été réglés. Par exemple, comment s'assurer que l'Iran ne se dotera pas d'un programme à dimension militaire ? A quel rythme lever les sanctions, et si l'accord n'est pas respecté, comment les rétablir ?" Selon Laurent Fabius, les Iraniens pourraient aujourd'hui construire la bombe atomique en deux mois. L'accord définitif envisagé allongerait ce délai d'un an et permettrait aux grandes puissances de réagir le cas échéant, précise-t-il. La question se pose aussi de savoir comment le Congrès américain d'un côté, le Guide suprême iranien de l'autre, vont accueillir cet accord, juge le chef de la diplomatie française. "Cela fait encore beaucoup d'interrogations. On va donc plutôt vers un accord mais rien n'est définitivement acté", souligne Laurent Fabius. (Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant