Richert : "N'allez pas croire que les choses sont pliées !"

le
0
Philippe Richert reconnaît qu'il n'avait pas prévu la poussée très forte du Front national au premier tour. 
Philippe Richert reconnaît qu'il n'avait pas prévu la poussée très forte du Front national au premier tour. 

Le Point.fr : Vous êtes confronté à un second tour difficile. Quelles sont vos raisons d'y croire encore ?

Philippe Richert : Oui, ce second tour est réellement difficile. Mais nous avons un beau projet, une bonne équipe et nous faisons campagne contre le Front national. Il s'agit de remonter 11 points. C'est un défi possible malgré la triangulaire et le maintien de Jean-Pierre Masseret.

LIRE aussi Régionales 2015 - Les derniers sondages

Craignez-vous une dynamique Philippot ?

Il s'agit surtout d'une dynamique Front national, sur les thèmes nationaux développés par ce parti. Mais dès que l'on gratte un peu sur les sujets régionaux, Florian Philippot manifeste une connaissance vraiment très limitée et avance des propositions réelles très réduites. Le problème est que la campagne a été monopolisée par les débats nationaux. Florian Philippot était sur BFM TV du matin au soir, et quand il ne l'était pas, il était sur i>Télé ou France 2. Nous, on n'y était pas. Voici la vérité de ce qui s'est passé.

Le maintien de Masseret, un vrai handicap ?

Oui. Même s'il s'agit d'un débat intérieur au Parti socialiste. Jean-Pierre Masseret, malgré les demandes pressantes de sa direction nationale, de ses amis locaux et de 40 % de ses colistiers, se maintient. Mais il entérine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant