Richert : «7 milliards d'euros d'emprunts toxiques»

le
0
INTERVIEW - Le ministre des Collectivités locales Philippe Richert s'oppose à la création d'une structure de défaisance.

Fin 2008, certaines collectivités, comme Saint-Étienne ou la Seine-Saint-Denis, ont découvert qu'elles risquaient d'être asphyxiées par des emprunts toxiques. Toxique, le mot n'est pas trop fort pour ces prêts dont le taux d'intérêt peut grimper jusqu'à 24%, par le jeu d'indexations étranges (sur le franc suisse par exemple). Philippe Richert, ministre des Collectivités locales présente les mesures pour résoudre ce problème.

Les emprunts toxiques menacent-ils la stabilité financière des collectivités locales ?

La dette des collectivités locales est de 118 milliards d'euros. Nous estimons que les emprunts toxiques représentent environ 7 milliards d'euros. Le problème est réel mais il n'est pas de nature à déstabiliser les collectivités locales. D'autant que le flux des emprunts toxiques s'est tari: les banques ne proposent plus de produits à hauts risques et les collectivités sont plus prudentes. C'est le résultat de la charte de bonne conduite, signée en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant