Richemont se résigne à conserver Lancel

le
0
Le propriétaire de Cartier, qui n'a pas trouvé de repreneur, mise maintenant sur la relance du maroquinier.

Faute d'avoir pu trouver un acquéreur au prix fort pour Lancel, le groupe de luxe Richemont s'est résolu à garder dans son giron le célèbre maroquinier français, dont les ventes sont à la peine et les comptes dans le rouge. Connu pour ses prestigieuses maisons de joaillerie et d'horlogerie (Cartier, Van Cleef & Arpels, Piaget, Jaeger-LeCoultre, Baume & Mercier...) Richemont a plus de mal avec ses griffes de maroquinerie (Lancel, Dunhill) et de prêt-à-porter (Chloé, Azzedine Alaia, Shanghai Tang).

Ces filiales ont creusé leurs pertes sur l'exercice clos en mars 2013 (38 millions d'euros), incitant Richemont à engager une revue d'actifs. Le groupe a mandaté la banque d'affaires Nomura au sujet de Lancel, dont il espérait tirer 500 millions d'euros. Une somme jugée beaucoup trop élevée par les candidats au rachat. Certains espéraient même ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant