Richemont se présente comme un ami d'Hermès face à LVMH 

le
0
Le propriétaire de Cartier a écrit à Bernard Arnault pour démentir toute convoitise de sa part pour la marque.

Un mois après l'annonce surprise de l'entrée de LVMH au capital d'Hermès, le bras de fer implique un troisième acteur: le groupe suisse Richemont, propriétaire de Cartier, Van Cleef & Arpels ou Lancel. Pour justifier son investissement de 17,1% dans Hermès, Bernard Arnault et son entourage avaient fait état de «rumeurs» de convoitises étrangères pour la marque, évoquant d'une part des fonds chinois et, d'autre part, Richemont, le numéro deux mondial du luxe.

Le patron du groupe suisse, Johann Rupert, sort de sa réserve pour démentir ces allégations. Vendredi, il a écrit une lettre à Bernard Arnault dans laquelle il affirme: «La suggestion ou l'excuse qu'Hermès ait pu avoir besoin d'être protégé contre une implication supposée de Richemont dans ses affaires était choquante et évidemment entièrement fausse.» Dans cette missive, il demande au patron de LVMH de faire cesser toute allusion de ce type de la part de ses proches, citant le nom de Pierre Godé, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant