Richemont: Aurel BGC dégrade à 'conserver'.

le
0

(CercleFinance.com) - Parmi les nombreux analystes ayant réagi à la publication des comptes annuels de Richemont, très décevants, Aurel BGC a abaissé sa recommandation d''acheter' à 'conserver', avec un objectif de cours de 68 francs suisses, contre 77 francs suisses précédemment.

'La situation va rester difficile, mais le traitement de choc n'a pas eu lieu', estime le bureau d'études, alors que le groupe helvète n'attend aucun redressement significatif de son activité au cours des prochains mois.

'Comme à son habitude, Richemont a pris les mesures qui s'imposaient pour protéger sa forte génération de cash (gestion des stocks d'invendus, rationalisation de la production, maîtrise des dépenses opérationnelles), mais n'a pas opté pour un véritable traitement de choc pour améliorer plus rapidement sa performance opérationnelle', relate Aurel BGC, pour qui 'le groupe entend continuer à investir (mais va se concentrer sur la joaillerie au cours des prochains mois) afin d'être prêt lorsque les conditions de marché vont s'améliorer'.

Pour l'heure, les ventes ont décroché de 15% le mois dernier à changes constants, et la baisse a concerné à la fois le 'Retail' et le 'Wholesale'. Elle provient surtout de la poursuite de la détérioration des tendances en Europe et au Japon, '2 marchés toujours lourdement impactés par la récente chute des dépenses des touristes (problèmes de sécurité en Europe, prix moins attractifs au Japon suite à la réappréciation du yen)', souligne Aurel BGC, alors que le marché reste toujours très faible sur Hong Kong/Macao (poursuite du déstockage) et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis (dynamisme du marché secondaire dans les montres, attentisme général avant les élections présidentielles).

A contrario, le très net rebond des ventes observé en Chine continentale s'est confirmé en avril (+26% à changes constants) et devrait se poursuivre dans les prochains mois.

Aurel BGC n'en a pas moins révisé en baisse de 12% en moyenne ses estimations de bénéfice par action (BPA) sur 2017/2019, ce même si l'analyste continue de penser que la valorisation de Richemont reste attractive au regard de la très grande solidité de ses fondamentaux, et considère que la visibilité sur ses résultats à court terme est encore trop faible pour adopter une opinion plus positive sur le titre. Le redressement de sa performance opérationnelle sur l'exercice en cours va en effet plus que jamais dépendre de son niveau d'activité au second semestre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant