Richemont: Aurel BGC abaisse sa cible à 85 francs.

le
0

(CercleFinance.com) - Le bureau d'études parisien Aurel BGC a revu à la baisse son objectif de cours sur l'action du groupe de luxe suisse Richemont ce matin, qui vient de publier un chiffre d'affaires décevant au titre du dernier quart de l'année 2015. En cause : principalement un retournement spectaculaire en Europe. La cible revient donc de 94 à 85 francs suisses. Cependant, le groupe possédant la marque Cartier ne manque pas d'atouts aux yeux des spécialistes, qui confirment leur conseil d'achat.

En Bourse de Zurich ce matin où l'indice SMI cède 2%, l'action Richemont recule de 2% également à 64,1 francs suisses.

En effet, le groupe suisse détenteur des marques Cartier, Van Cleef & Arpels, Jaeger-LeCoultre, Baume & Mercier ou Vacheron Constantin, a publié au titre de son 3e trimestre 2015/2016 (soit d'octobre à décembre derniers), des ventes de 2,9 milliards d'euros : en hausse publiée de 3% grâce aux changes, elles reculent cependant, à devises constantes, de 4%.

En cause : le brutal retournement de l'Europe à compter de novembre, quand des attentats meurtriers endeuillaient Paris, et une tendance toujours négative en Asie Pacifique. Cette publication manque d'ailleurs les attentes du consensus, qui se situaient à 3 milliards d'euros. Enfin, Richemont s'attend à une fin d'exercice “difficile.”

Selon le groupe, en Europe, la baisse du T3 'a commencé en novembre et reflète principalement une plus faible fréquentation touristique dans la région'.

Pour Aurel BGC, 'le fait marquant de la publication est incontestablement le brutal décrochage de l'activité en Europe. Nous attendions un net ralentissement (+6% à changes constants) mais les ventes sont finalement en recul de 3%, contre + 24% à fin septembre' !

'Richemont continue d'être lourdement pénalisé par sa forte exposition à Hong Kong (environ 15% du CA) et l'absence de signaux tangibles de redressement de son activité Montres (environ 50% du CA) alors que la chute du prix du pétrole, la menace terroriste et la forte volatilité sur les devises font craindre un décrochage durable des dépenses de l'importante clientèle issue des pays émergents (environ 60% du CA)', analyse Aurel BGC.

Le bureau d'études se montre moins inquiet des tendances en Asie, qu'il juge moins mauvaises que prévu, d'autant que le mouvement toujours très négatif à Hong Kong et Macao est en partie contrebalancé par une hausse de la Chine continentale, dont le redressement se poursuit.

Restent pour le long terme les qualités du groupe, comme ses deux marques difficiles à concurrencer de haute joaillerie, Cartier et Van Cleef & Arpels, et des anticipations désormais basses.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant