Ribéry, l'homme providence

le
0
Ribéry, l'homme providence
Ribéry, l'homme providence

Quatre buts lors des trois derniers matchs, impliqué sur dix des quinze buts des Bleus lors des qualifications à la Coupe du Monde 2014, redevenu chouchou du public français, n'en jetez plus : Franck Ribéry est de retour. Le vrai « Kaiser Franck », celui qui faisait rêver les supporters tricolores lors de la Coupe du Monde 2006, est revenu à son meilleur niveau. Et c'est toute l'équipe qu'il tire vers le haut. Cette fois-ci, autant en club qu'avec la sélection française, personne ne semble pouvoir arrêter la marche en avant de « Franky ». Magistral buteur contre la Finlande et livreur de caviar sur commande pour Karim Benzema, le milieu offensif des Bleus a été omniprésent mardi soir face à la Finlande (3-0). Une prestation haut de gamme qui le rapproche encore un peu plus du Ballon d'Or que beaucoup lui promettent depuis plusieurs semaines et son trophée de meilleur joueur européen de l'année. « Il a été élu meilleur joueur d'Europe, ce n'est pas un hasard, a rappelé Samir Nasri. J'espère de tout c?ur qu'il va gagner le Ballon d'Or. Ce serait un sacré aboutissement dans sa carrière. Je ne connais pas Messi ni Ronaldo, mais je connais Franck. Il a tout gagné cette saison. On lui reprochait de ne pas être décisif en équipe de France, maintenant, il l'est ! »

Une Ribéry-dépendance ?

Dans son sillage, Patrice Evra semble lui aussi monter en puissance. Si l'on peut toujours lui reprocher un repli défensif plus qu'approximatif, le latéral de Manchester United semble enfin apporter tout son punch offensif. Et sa complicité avec le Bavarois est devenue indispensable dans le schéma offensif sur le côté gauche. Parfois d'ailleurs au détriment d'un côté droit laissé à l'abandon par Mathieu Valbuena et surtout Samir Nasri. Les deux hommes semblent comme attirés par l'aimant Franck Ribéry et dézonent parfois un peu trop. Qu'importe, les résultats sont là. Depuis que Didier Deschamps est sélectionneur de l'équipe de France, l'ancien Marseillais pèse tout simplement sept buts et douze passes décisives. Jamais depuis Zinedine Zidane, l'équipe de France n'avait semblé aussi dépendante d'un seul et unique joueur. Cela peut forcément avoir un effet retord si le joueur en question se blesse ou se trouve dans un mauvais jour. Mais c'est aujourd'hui loin d'être le cas.

Indispensable pour rejoindre le Brésil

A quelques semaines d'un barrage décisif pour rejoindre le Brésil, ce qui serait pourrait être la dernière compétition internationale de Franck Ribéry, l'intéressé ne veut pas entendre parler de difficulté. Et commence même à se montrer habile communiquant en faisant jouer la fibre patriotique. « Je suis en pleine confiance avec la sélection, confirme-t-il. Il y a de nouveau une relation forte avec les supporters depuis un an. Pour moi, c'est très important. Pour l'équipe aussi car nous aurons besoin de tout le soutien possible lors des barrages à venir. L'équipe de France, ce n'est pas que les joueurs, mais toute une nation. » Après avoir été la risée du peuple français qui ne voyait en lui qu'un paria après l'épisode douloureux de Knysna, Ribéry a réussi sa rédemption. Sur le terrain en tout cas, c'est désormais lui qui mène la danse. Et cela tombe bien car pour aller au Brésil, les Bleus auront bien besoin d'un chorégraphe de talent. Pas besoin de chercher bien loin.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant