Riad a réduit sa production en août avec un baril autour de $100

le
0

LONDRES, 10 septembre (Reuters) - L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a déclaré à l'Opep avoir réduit sa production de 400.000 barils par jour (bpj) en août, quand les cours se sont repliés vers les 100 dollars le baril, le niveau jugé raisonnable par le royaume. Dans son rapport mensuel publié mercredi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole rapporte que l'Arabie saoudite a fait état d'une production de 9,597 millions de bpj en août, contre 10,005 millions en juillet. Avec la baisse soutenue des cours du pétrole - le Brent est passé lundi pour la première fois en 14 mois sous la barre des 100 dollars le baril - se pose la question de savoir si l'Arabie saoudite va réduire sa production. Riad, soutenu par le Koweït et les Etats-Unis, a augmenté de façon informelle sa production pour compenser les éventuelles perturbations dans d'autres pays membres, comme la Libye, où la production reprend. Certains analystes ont fait remarquer que le production de l'Arabie saoudite reculait souvent en parallèle à la baisse de la demande intérieure en air conditionné après le pic de l'été et qu'une réduction de la production ne signifiait pas nécessairement une baisse des exportations. "Il est très vraisemblable que les Saoudiens réduisent leur production", a déclaré Samuel Ciszuk, analyste à l'agence suédoise de l'énergie. "Mais je doute qu'ils aient réduit leurs exportations de 400.000 bpj". Jusqu'à présent, l'Opep n'a pas exprimé de préoccupation au sujet de la baisse des cours du brut, qu'elle considère comme temporaire. Le gouverneur du Koweït auprès de l'Opep a déclaré mercredi s'attendre à ce que les prix remontent et se maintiennent aux alentours de 100 dollars le baril. L'Opep a également publié les chiffres de la production issus de sources secondaires. Selon eux, Riad a réduit sa production de 55.000 bpj à 9,86 millions de bpj en août mais la production totale de l'Opep a augmenté à 30,35 millions de bpj en raison de la reprise en Libye et d'exportations plus élevées de l'Angola. Pour le troisième mois consécutif, l'organisation a réduit sa prévision 2014 de demande mondiale en pétrole. L'Opep prévoit désormais une hausse de 1,05 million de bpj de la demande, soit 50.000 bpj de moins. La demande devrait légèrement accélérer en 2015 mais l'Opep a réduit sa prévision de 20.000 bpj. Selon le rapport, l'Opep a réduit sa prévision de demande pour le pétrole du groupe de 160.000 bpj pour 2014 et 2015 à respectivement 29,45 millions bpj et 29,20 millions bpj, évoquant la perspective d'une demande en baisse et d'une hausse des approvisionnements hors Opep. La hausse des approvisionnements de pays non-membres de l'Opep, notamment des Etats-Unis en raison du boom de l'huile de schiste, a mis sous pression la part de marché du groupe. La production américaine de pétrole brut a atteint en moyenne 8,6 millions de bpj en août, à son niveau le plus haut depuis 1986, selon les chiffres publiés mardi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie. La prochaine réunion de l'Opep portant sur le niveau de production est prévue en novembre. (Alex Lawler, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant