Rhône-Alpes : les radars «anti-gibier», ça marche

le , mis à jour à 14:44
3
Rhône-Alpes : les radars «anti-gibier», ça marche
Rhône-Alpes : les radars «anti-gibier», ça marche

C'est un dispositif unique en France qui a déjà sauvé des vies. Le Département de l'Isère a mis en place, depuis quatre ans, sur plusieurs de ses routes, des détecteurs de faune sauvage afin d'éviter des collisions avec des animaux comme les sangliers, les cerfs ou les chevreuils. En France, 40 000 accidents de ce type sont recensés chaque année. Ils entraînent le décès d'une trentaine d'automobilistes et de motards.

 

Des caméras et des capteurs infrarouge

 

«Dans sept secteurs à risques, des corridors biologiques où le passage des animaux est fréquent d'un massif à l'autre, le long de la route, nous avons installé au sommet de plusieurs poteaux des caméras et des capteurs infrarouge qui détectent les sources de chaleur et donc la présence de la faune sauvage. Dès qu'un animal est repéré, l'information est immédiatement relayée en amont grâce à un panneau lumineux qui indique le danger aux automobilistes en leur demandant de réduire leur vitesse», explique Anne-Sophie Croyal, du service Espaces naturels sensibles au Conseil départemental de l'Isère.

 

 

«Grâce à ce dispositif, nous avons recensé en moyenne 3 700 alertes par an. Ce qui a permis d'éviter un grand nombre de collisions, et, forcément, de morts et de blessés. Et, comme ce dispositif a fait ses preuves, nous étudions la possibilité d'équiper d'autres axes accidentogènes du département», précise Fabien Mulyk, vice-président du Conseil départemental chargé de l'environnement. À La Buisse, près de Grenoble, par exemple, sur la route départementale 1075, on a constaté une baisse importante des chocs depuis l'installation des détecteurs de faune. D'une trentaine à moins de cinq. Vu les résultats très positifs de l'expérience iséroise, d'autres départements comme la Savoie, la Haute-Savoie, le Haut-Rhin et la Seine-et-Marne se sont montrés intéressés par ce dispositif. Car ce problème touche tout le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 3 mois

    mieux vaut tard que jamais , la technologie est disponible depuis au moins 30 ou 40 ans

  • frk987 il y a 3 mois

    Ce qui n'empêche que Dimanche entre Aix-les-bains et Annecy une famille de sangliers errait sur la RN. Mais toute plaisanterie mise à part, dans certains coins c'est franchement utile, certainement plus que des radars de vitesse situés depuis 15 ans au même endroit.

  • M1765517 il y a 3 mois

    allez vous prendrez bien un peu d'argent publique !