Reynié : «La primaire révèle la faiblesse idéologique du PS»

le
0
INTERVIEW - Pour le directeur de la Fondapol, Dominique Reynié, le candidat qui sera désigné mènera, s'il est élu, «une politique de centre droit».

Professeur des universités à Sciences Po, Dominique Reynié est directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol), proche de l'UMP. 

LE FIGARO. -Comment jugez-vous la situation actuelle du PS?

Dominique REYNIÉ. -Je vois quatre paradoxes: le Parti socialiste est devenu un parti d'élus dont les électeurs n'appartiennent plus aux classes populaires; ennemi historique de l'élection présidentielle, le PS est devenu, avec la primaire, le plus présidentialiste des partis; électoralement, le PS est dépendant des salariés de l'État, qui représentent pourtant, dans le monde du salariat, les catégories les moins exposées à la nouvelle économie; enfin, aujourd'hui, la gauche étant minoritaire en intentions de vote (40%), le PS ne peut gagner en 2012 sans un apport massif du centre droit.

La primaire ne montre-t-elle pas la vitalité du PS?

Elle forme une procédure d'arbitrage des ambitions personnelles dans des partis où l'autorité intellectuelle

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant