Rexel se dit bien parti pour doubler son CA dans les émergents

le
0

par Gilles Guillaume et Alice Cannet

PARIS (Reuters) - Rexel est bien parti pour doubler son chiffre d'affaires dans les pays émergents entre 2010 et 2013 grâce, notamment, à la croissance externe, a déclaré mardi à Reuters le président de son directoire Jean-Charles Pauze.

En 2011, les ventes du leader mondial de la distribution de matériel électrique dans les nouvelles économies, tirées par la demande industrielle, devraient ressortir autour de 900 millions d'euros, soit un peu moins de 8% du chiffre d'affaires total de Rexel, après 624 millions en 2010 (5% du CA). En 2012, ce chiffre pourrait atteindre 1,1 milliard d'euros.

"On avait indiqué qu'on doublerait pratiquement notre chiffre d'affaires dans les pays émergents entre 2010 et 2013, on est en chemin", a dit Jean-Charles Pauze, lors d'une interview.

"On peut indiscutablement s'attendre à une poursuite des acquisitions en 2012, cela fait partie de notre stratégie, avec certainement une présence très marquée sur la partie pays émergents."

Il a également indiqué que l'objectif d'une marge opérationnelle courante supérieure à 5,5% en 2011 serait atteint, et a confirmé celui d'une marge proche de 6,5% en 2013.

En revanche, il n'a pas donné d'éléments chiffrés pour l'année 2012, renvoyant à la publication des résultats annuels le mois prochain.

Vers 15h00, l'action Rexel gagnait plus de 3% à 13,74 euros.

Le groupe est détenu à 72% par un consortium d'investisseurs comprenant notamment Clayton, Dubilier & Rice (33%), Eurazeo (32%) et BAML Capital Partners (25%).

ENVIRONNEMENT "MOU" EN EUROPE

Après une dizaine d'années à la tête de Rexel, Jean-Charles Pauze cédera sa place, dans le sillage des résultats annuels, à Rudy Provoost, jusqu'ici directeur général de la division éclairage de Philips.

Sous la houlette de Jean-Charles Pauze, le groupe aura réalisé une quarantaine d'acquisitions sur un marché mondial très fragmenté, dont deux acquisitions structurantes - celle de l'américain Gexpro, en 2006, et celle du néerlandais Hagemeyer, en 2008 - afin d'internationaliser ses ventes.

Sur la seule année 2011, Rexel a acquis sept sociétés dans les pays émergents, dont trois en Chine où il est devenu le numéro trois du secteur. Il s'est également lancé en Inde, au Pérou et au Brésil, où le groupe aimerait devenir leader.

En Europe, l'environnement économique devrait rester relativement "mou" en 2012, a estimé Jean-Charles Pauze, avec une Europe du Sud plus difficile et une Europe du Nord plus stable.

"Très clairement, les Etats-Unis et l'Allemagne sont deux grands pays où on est proactifs pour essayer de trouver des cibles qui nous conviennent", a-t-il précisé.

Selon lui, l'année qui commence sera portée par le rebond du marché américain de la construction et par la croissance toujours vigoureuse de la demande pour l'industrie dans les nouvelles économies. Malgré un ralentissement après des taux à deux chiffres, la croissance dans les pays émergents devrait se maintenir dans le haut de la fourchette à un chiffre.

Rexel entend aussi profiter de la demande de réduction des consommations d'électricité et du développement des énergies renouvelables, relancé par la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon.

"Aujourd'hui, on considère qu'on a directement ou indirectement 30% de notre chiffre d'affaires liés aux énergies nouvelles ou à l'efficacité énergétique", a indiqué Jean-Charles Pauze. "On considère qu'en 2015, ce sera environ 50%."

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant