Révolution culturelle en Chine : les remords d'une garde rouge

le
0

La fille d'un dirigeant historique du Parti communiste a présenté ses excuses pour ses actes pendant la période douloureuse de la Révolution culturelle.

Correspondant à Pékin

Sa dénonciation d'un dirigeant de son établissement scolaire lui avait valu la reconnaissance personnelle de Mao Tsé-toung. Dans un cliché resté célèbre, Song Binbin lui attachera un brassard rouge devant la foule massée sur la place Tiananmen. Et le Grand Timonier la gratifiera d'un nouveau surnom: «Yaowu», «violent» en chinois, au lieu de son prénom, qui signifie douce. Après cinq décennies, la «princesse rouge» vient de demander pardon pour son acte, qui avait marqué le début des violences de la révolution culturelle.

Fille d'un dirigeant historique du Parti communiste, Song Binbin était en 1966 l'une des leaders de l'unité de gardes rouges, fondée dans le lycée d'élite rattaché à l'université normale de Pékin, où elle était adolescente. Accusée d'être une contre-r...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant