Revoilà l'Arabie Saoudite !

le
0
Revoilà l'Arabie Saoudite !
Revoilà l'Arabie Saoudite !

La meilleure nation asiatique des années 90, présente lors de quatre mondiaux consécutifs, avait fini par disparaitre de la scène internationale par faute d'instabilité, manque d'ouverture au monde et problèmes de discipline. Elle renaît pourtant à l'occasion de cette campagne de qualification pour la Coupe du monde 2018, sous la houlette de son intransigeant sélectionneur Bert van Marwijk.

L'Arabie Saoudite, ça ne parle pas forcément trop aux fans de foot de moins de 30 ans. Qu'ils sachent que leurs ainés ont tous au moins un ou deux souvenirs en lien avec la sélection des Faucons Verts. Le premier est le plus spectaculaire. À Washington, le 29 juin 1994, le dénommé Saeed Al-Owairan marque contre la Belgique le plus beau but du tournoi et parmi les plus incroyables toutes coupes du monde confondues. Une chevauchée folle du milieu de terrain, débutée dans son camp, qui le voit traverser plus d'un demi-terrain, effacer cinq joueurs adverses avec ce mélange de facilité et de réussite, avant de tromper l'un des meilleurs gardiens au monde à l'époque, Michel Preud'homme. Du Maradona exécuté par un inconnu. L'espace de ce Mondial américain et de ce but complètement fou, l'équipe nationale saoudienne devient tendance, limite sexy, en tout cas sacrément exotique et fascinante. Tant pis si son parcours s'achève finalement en 8e de finale, avec une élimination honorable face à la Suède de Dahlin, Brolin et Kennet Andersson, cette sélection qui dispute là sa première grande compétition internationale s'ouvre au monde de manière éclatante. Quatre ans plus tard, en France, l'Arabie Saoudite fait encore parler d'elle face au pays d'hôte. Elle s'incline certes lourdement 0-4 lors de la phase de poules mais personne dans les rangs des supporters des Bleus n'a oublié que c'est face à ces Faucons du Golfe que le dark side de Zidane s'est pour la première fois exprimé, avec un essuyage de crampons bien sale sanctionné d'un carton rouge logique.



Youtube

43 changements de sélectionneur…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com