Revivez l'année boursière 2015 : un été très chaud et un automne sous tension !

le , mis à jour à 18:37
0

Rétrospective 2015 : l'été et la fin d'année ont été dominés par la résurgence de questions sensibles sur les marchés.
Rétrospective 2015 : l'été et la fin d'année ont été dominés par la résurgence de questions sensibles sur les marchés.

Après un début d’année en fanfare, les indices boursiers ont connu cette année leur pire été depuis 2011. La rédaction de Boursorama vous propose de revivre ces moments à travers une sélection d’articles publiés cette année.

Lisez d'abord la première partie : Janvier à mai, un début d'année en fanfare !

Juin

Les sujets de craintes débutent dès le début de l’été. Suite à une forte dégradation des discussions entre le gouvernement grec et ses créanciers, Alexis Tsipras annonce le contrôle des capitaux le 28 juin. Parallèlement, la Chine subit un krach boursier, que beaucoup considèrent comme un ajustement logique après 12 mois de hausse effrénée.

- 10 juin : Nouvel accès de nervosité sur les taux souverains

- 12 juin : Marchés : "Encore un été très chahuté" en perspective (CPR AM)

- 29 juin : Grèce : les places européennes clôturent dans le rouge vif mais évitent la panique

Juillet

La situation en Grèce reste extrêmement tendue. Le pays se retrouve temporairement en défaut sur sa dette envers le FMI. On craint qu’elle fasse défaut sur sa dette envers la BCE, ce qui pourrait poser des problèmes pour son maintien dans la zone euro. Une accord d’austérité est finalement trouvé le 13 juillet. Par ailleurs, le krach chinois se poursuit malgré les interventions des autorités chinoises. Les interrogations sur l’économie chinoise débutent et participent à une rechute du pétrole.

- 7 juillet : « La crise grecque constitue la partie émergée de l'iceberg » (Carmignac)

- 7 juillet : Les cours du pétrole rechutent nettement

- 8 juillet : Les marchés asiatiques chutent et le krach chinois se poursuit

- 13 juillet : Marchés apaisés : pas de Grexit, et Shanghai s'éloigne du krach

Août

Le mois d’août est marqué par le krach boursier du 24 août où le CAC40 perd jusqu’à 8% en séance, après plusieurs séances de forte tendance baissière. La communauté financière a désormais les yeux rivés sur la Chine, qui dévalue son yuan. On doute de tout : les chiffres de la croissance chinoise seraient faux et les indicateurs de court terme traduisent un ralentissement de l’industrie chinoise, la bourse chinoise perd encore 25% en quelques jours. On doute de l’efficacité du « quantitative easing » en Europe. On s’inquiète pour les pays émergents : le Brésil se dirige vers une forte récession. C’est la panique.

- 10 août : JP Morgan AM avertit sur les risques de transmission du ralentissement chinois

- 11 août : La Chine dévalue sa monnaie, pénalisant les marchés européens et américains

- 12 août : Nouvelle chute des marchés européens, la dévaluation du yuan pourrait encore se poursuivre

- 19 août : L'économie brésilienne décline, plombée par la récession et une inflation record

- 21 août : Semaine noire pour les grandes places mondiales

- 24 août : « Lundi noir » pour les grandes places mondiales, qui subissent un krach boursier

Septembre

Les doutes qui durent depuis le début de l’été ne s’apaisent pas. Le 17 septembre, les marchés rechutent lors du discours donné par Janet Yellen, présidente de la Fed, qui repousse la remontée des taux de la Fed en évoquant ses craintes sur la conjoncture économique des pays émergents. À la fin du mois, le scandale Volkswagen participe à une chute des valeurs du secteur automobile.

- 11 septembre : Peut-on connaître la véritable croissance de la Chine ? (Aurel BGC)

- 18 septembre : « Fed : la bonne décision ! » (Véronique Riches-Flores)

- 22 septembre : Nette rechute des marchés, affectés par plusieurs mauvaises nouvelles

- 24 septembre : Marchés : « c'est un véritable désastre »

- 28 septembre : Les marchés européens nettement pénalisés par Volkswagen, le secteur pétrolier et la Chine

Octobre

Les investisseurs abordent avec une certaine angoisse le mois d’octobre, réputé traditionnellement chahuté sur les marchés. C’est pourtant l’inverse qui se produit : le mois d’octobre est marqué par un net rebond des indices boursiers, aidés par un discours très prometteur de Mario Draghi, président de la BCE, sur le renforcement à venir du plan de relance monétaire européen.

- 6 octobre : La fuite des capitaux hors de Chine profite aux marchés européens et américains

- 22 octobre : Le discours de Mario Draghi fait bondir les marchés boursiers

- 23 octobre : « La hausse des marchés est simplement une bulle » (Carmignac)

Novembre

Le marché reste attentiste en novembre, dans l’attente des annonces de la BCE, dans un contexte de rechute du pétrole.

- 12 novembre : Le pétrole a perdu plus de 10% en dix jours

Décembre

L’année se termine par un mois de décembre baissier. Le 3 décembre, Mario Draghi n’annonce pas de véritable accélération du « quantitative easing » en zone euro comme espéré : la déception est forte sur les marchés. Le pétrole, qui atteint ses plus bas niveaux depuis 11 ans, inquiète de nouveau les investisseurs. Enfin, la prudence est de mise avant la première hausse en 9 ans des taux de la Fed, annoncée le 16 décembre. Le rallye de fin d’année met du temps à se mettre en place et reste fébrile alors que le pétrole reste le principal déterminant des mouvements de marché.

- 3 décembre : Mario Draghi déçoit les investisseurs, les marchés chutent / Les marchés européens, pénalisés de toute part, terminent dans le rouge vif

- 4 décembre : Le pétrole passe sous les 40 dollars aux Etats-Unis suite à une réunion de l'Opep

- 11 décembre : Les marchés trébuchent une nouvelle fois avec le pétrole, l'Afrique du Sud et la Fed

- 17 décembre : La Chine va rester un sujet de tension en 2016 (Natixis GAM)

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant