Revenu agricole : le fossé se creuse entre les céréaliers et les éleveurs

le
8
Revenu agricole : le fossé se creuse entre les céréaliers et les éleveurs
Revenu agricole : le fossé se creuse entre les céréaliers et les éleveurs

Après le redressement intervenu en 2010, le revenu moyen des exploitations agricoles poursuit sa progression pour atteindre 38 300 euros par actif non salarié en 2012, son plus haut niveau depuis 25 ans. Toutefois, la Commission des comptes de l'agriculture de la Nation qui vient de publier la situation du revenu des exploitations agricoles en 2012 fait un bilan contrasté entre les différents exploitants et les régions.

Au moment où les nouvelles règles de la Politique Agricole Commune (PAC) viennent d'être adoptées, ce sont surtout les céréaliers qui tirent leur épingle du jeu. Grâce à l'augmentation du cours des matières premières de l'ordre de 20% en 2012, le revenu des exploitations de grandes cultures atteint 76 500 euros par salarié avant impôt. Dans certaines régions comme en Ile-de-France, en Haute Normandie et dans le Centre, le revenu moyen a même progressé de plus de 50%.

A l'inverse, les éleveurs sont fortement touchés. Pour les producteurs de viande, «la situation reste difficile avec un niveau de revenu tout juste stable ou en baisse et structurellement faible autour de 17 100 euros par éleveur», explique la Commission. De la même mamière, les producteurs de lait qui doivent faire face à une baisse des volumes et la hausse des prix des aliments pour les animaux reviennent à un revenu comparable à celui de 2010 avec 24 700 euros.

Le plus surprenant vient de la viticulture. 2012 restera l'année de la plus faible récolte depuis 40 ans dans quasiment tous les vignobles en raison de conditions climatiques particulièrement défavorables. Malgré la mobilisation des stocks, les revenus devraient être les plus faibles depuis le début des années 2000 avec 32 800 euros. Mais là aussi, les disparités sont marquées selon les régions: Le revenu atteint 67 100 dans la Champagne à 19 300 euros en Languedoc-Roussillon.

Pour Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, l'accord qui vient d'être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duine le jeudi 4 juil 2013 à 17:08

    ça eu payé mais ça paye toujours!!!

  • belleO1 le jeudi 4 juil 2013 à 14:00

    Mouais, mais t'as vu l'inflation sur le sel.

  • d.e.s.t. le jeudi 4 juil 2013 à 13:57

    A partir du moment où la Reine d'Angleterre est le principal bénéficiaire de la PAC européenne , on peut dire sans erreur que la PAC est une m.... infâme destinée à décourager les petits agriculteurs!

  • jim030 le jeudi 4 juil 2013 à 12:50

    ca prouve bien, en france, on a besoin grnd G, et pas besoin productive. té mort si tu compte sur ta production.

  • jim030 le jeudi 4 juil 2013 à 12:50

    Mdr, nos agricolteur sont des millionaire, dit. comme koi, il faut faire du chantage organisé. les apuvre artisan travaille à mort dans condition penible pour 2 000euro maxi. bien, il est temps ke des artisan organise aussi du chantage.

  • M2141043 le jeudi 4 juil 2013 à 12:46

    oui très pauvre et en plus j'ai qqes subventions + qqes ventes foncières + qqes revenus de sci bref toujours à peine au smic quoi (sauf que pour moi le smic est à 10 000 / Mois LOL)

  • dude23 le jeudi 4 juil 2013 à 12:39

    les viticulteurs en champagne ne gagnent pas plus ??? ca m etonnerait

  • M2918175 le jeudi 4 juil 2013 à 12:35

    Je ne suis q'un pauvre paysan !