Révélations sur la rixe de Sisco

le
5
Dimanche 14 août, une centaine de personnes s'est rassemblée devant la mairie puis la préfecture de Bastia pour protester de l'agression de la veille dans le petit village de Sisco.
Dimanche 14 août, une centaine de personnes s'est rassemblée devant la mairie puis la préfecture de Bastia pour protester de l'agression de la veille dans le petit village de Sisco.

Les commentaires se suivent et les récits n'en finissent plus de se multiplier dans le village du Cap Corse. 48 heures après la « violente rixe », selon les mots du ministère de l'Intérieur, qui a éclaté samedi aux environs de 17 h 30 entre des Corses et des personnes d'origine maghrébine dans une crique à la sortie de Sisco, une petite station balnéaire située à une quinzaine de kilomètres au nord de Bastia, les autorités peinent encore à faire toute la lumière sur l'origine des heurts qui ont fait cinq blessés sur la petite plage du Cap Corse.

Dans un laconique communiqué, diffusé ce dimanche après-midi, le parquet de Bastia se borne à faire état d'un « différend qui a éclaté entre une dizaine de personnes de trois familles, d'origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco qui ont reçu le renfort de proches ».

Mais si la voix officielle attend les conclusions de l'enquête de la section de recherches de la gendarmerie pour se prononcer sur les circonstances des affrontements, les témoins de la scène sont, eux, bien plus diserts. À l'origine des heurts, selon plusieurs témoignages concordants, un « accrochage » entre trois familles musulmanes, résidant à Lupino, un quartier populaire et métissé du sud de Bastia, et des touristes qui profitaient de leur passage dans la marine de Sisco pour photographier la crique dite de « Scalu Vechju », très fréquentée par les locaux. « Se sentant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4590873 le lundi 15 aout 2016 à 12:00

    En Inde(par exemple) de nombreux touristes photographient des indiens qui se baignent dans le Gange et cela ne pose aucun problème !

  • manue.fe le lundi 15 aout 2016 à 11:51

    Les animaux on les garde en cage.

  • raich2 le lundi 15 aout 2016 à 11:30

    Il est certain que ce genre d'incident ne sera pas isolé et aura tendance à se multiplier car il s'agit avant tout d'un problème de société avec des cultures différentes ce qui exclue le " vivre ensemble"

  • janaliz le lundi 15 aout 2016 à 09:57

    Faut-il parler de guerre civile quand il s'agit d'un problème de civilisation ?

  • frk987 le lundi 15 aout 2016 à 09:45

    Dans 10 ans on parlera de cet événement comme le début de la guerre civile.