Réveillon 2013 : rave party à Goa ou bain dans le Gange ?

le
1
Le Kitty Su à New Delhi
Le Kitty Su à New Delhi

L'influence de la culture occidentale s'est chargée d'assagir, en Inde, les velléités d'une infinité de calendriers traditionnels et religieux qui ignoraient royalement le 1er janvier. Ce jour-là, le calendrier grégorien a ainsi imposé l'idée de festivités marquant la nouvelle année. Ce passage symbolique a pris de l'importance dans la société indienne, même si le 1er janvier n'est pas un jour férié pour tout le monde. Et d'autres dates importantes ont gardé pour elles les pratiques associées à notre nouvel an : la trêve politique sera plutôt exercée durant la fête hindoue de Diwali ou celle de l'Aid chez les musulmans, et les années fiscales commencent le 1er avril. Mais les Indiens se sont néanmoins approprié le nouvel an, à leur façon.Un plongeon dans le GangeÀ commencer par l'impératif d'y inviter les bons auspices des dieux. Il n'est pas rare que les Indiens consacrent pour l'occasion une visite au temple ou accomplissent des prières pour célébrer la nouvelle année. D'autres improvisent des initiatives plus ardues. "Le 31 décembre, plusieurs ouvriers hindous qui travaillent dans mon usine se rendent dans la ville sainte de Haridwar pour se baigner dans le Gange, a noté Saurav Bhatt, directeur d'une entreprise de textile à New Delhi. Pour eux, il s'agit d'associer le plaisir d'une sortie entre amis et la croyance consistant à laver ses péchés dans le Gange, à l'aube d'une nouvelle année." Une petite "virée" qui devra...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 31 déc 2013 à 11:15

    Pour attraper une maladie, le bain dans le Gange est le mieux approprié.