Rêve de conquête du monde pour les robots routiers de Kinshasa

le
0
Rêve de conquête du monde pour les robots routiers de Kinshasa
Rêve de conquête du monde pour les robots routiers de Kinshasa

"Conducteurs, vous pouvez laisser le passage aux piétons". La consigne n'émane pas d'un policier mais de la voix électrique d'un des deux robots routiers de Kinshasa, que le promoteur, une femme d'affaires ingénieur, rêve d'exporter à l'étranger.La machine haute de 2,50 m vient de replier un bras et de lever l'autre dans un jeu de lumières vertes et rouges. Son manège fait désormais partie du quotidien à Limete, quartier populaire de Kinshasa, où le robot arrête le flux des voitures sur le boulevard Lumumba, large artère chargée de la capitale congolaise."Ca c'est notre première génération de robot, on a commencé avec ça", explique Thérèse Inza, présidente de Women Technology, l'association qui construit ces machines, "le robot est juste là pour sécuriser" le passage des piétons afin d'éviter les accidents, fréquents dans une ville connue pour sa circulation frénétique.Le robot de Limete a été mis en service en juin 2013. Son frère plus évolué est en place depuis le mois d'octobre à un carrefour devant le Parlement, où il assure la tâche du "roulage" : les policiers chargés d'assurer la circulation dans la mégalopole kinoise, où les feux tricolores sont encore rares.Placé au milieu du croisement sous le panneau solaire qui lui donne son autonomie, il pivote son buste dont le plastron passe du vert au rouge et lève ses bras comme le ferait un agent pour bloquer une voie et laisser passer les voitures sur l'autre."Un robot qui est en train de faire la sécurité routière et la régulation routière c'est vraiment Made in Congo", assure Mme Inza, "nous devons vendre notre intelligence dans d'autres pays, de l'Afrique centrale comme d'ailleurs, pourquoi pas, aux Etats Unis, en Europe ou en Asie ?"Au départ, Woman Technology a été fondée pour offrir des débouchés aux femmes congolaises titulaires d'un diplôme d'ingénieur, mais avec ses robots, Mme Inza rêve de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant