Réunis à Paris, les dirigeants africains déclarent la guerre à Boko Haram

le
1
Réunis à Paris, les dirigeants africains déclarent la guerre à Boko Haram
Réunis à Paris, les dirigeants africains déclarent la guerre à Boko Haram

L'offensive internationale contre Boko Haram prend forme. Paris a accueilli samedi un mini-sommet africain autour du président nigérian Goodluck Jonathan pour établir une stratégie commune contre le groupe terroriste, un mois après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes dont la libération est toujours réclamée par le monde associatif et de nombreuses personnalités.

Le président François Hollande a appelé le Nigeria et ses voisins - le Cameroun, le Niger, le Tchad et le Bénin - ainsi que des représentants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'Union européenne à mettre en ?uvre une stratégie à l'échelle régionale. 

«Boko Haram est devenu une menace majeure pour l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest et maintenant pour l'Afrique centrale», a souligné François Hollande, affirmant que «ses liens avec Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et d'autres organisations terroristes ont été établis». «Un plan global doit être mis en oeuvre visant à échanger les informations, à coordonner les actions, à contrôler les frontières et à agir de façon appropriée», a insisté le président français au cours d'un déjeuner avec ses homologues du Nigeria, du Cameroun, du Tchad, du Niger et du Bénin.

VIDEO. Les dirigeants africains déclarent la guerre à Boko Haram

Un soldat camerounais tué et dix Chinois disparus

La réalité du terrain a également rattrapé les dirigeants après une attaque dans la nuit contre un camp de travailleurs Chinois au Cameroun, attribuée au groupe islamiste. Un soldat camerounais a été tué et dix civils chinois «ont probablement été kidnappés», affirmait la police camerounaise qui évoquait dans dans un premier temps la mort d'un Chinois. L'attaque a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi contre un camp de travailleurs du secteur routier dans l'extrême-nord du Cameroun et attribuée par la police camerounaise aux islamistes nigérians. «Les Boko Haram étaient lourdement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 17 mai 2014 à 18:58

    La vraie menace pour la France c'est ce c.. d'Hollandouille et sa clique de socialos !!!!