Réunion Le Pen-Buisson d'entre-deux-tours en 2007, dit Marine Le Pen

le
0
MARINE LE PEN ÉVOQUE UNE RENCONTRE ENTRE SON PÈRE ET PATRICK BUISSON ENTRE LES DEUX TOURS EN 2007
MARINE LE PEN ÉVOQUE UNE RENCONTRE ENTRE SON PÈRE ET PATRICK BUISSON ENTRE LES DEUX TOURS EN 2007

PARIS (Reuters) - Patrick Buisson, alors conseiller de Nicolas Sarkozy, a rencontré Jean-Marie Le Pen entre les deux tours de la présidentielle de 2007 pour "prendre la température" sur ses intentions, a déclaré jeudi sa fille, Marine Le Pen.

L'actuelle dirigeante du Front national a dit avoir rencontré "une fois" Patrick Buisson, qui est au centre d'un scandale après la diffusion d'enregistrements clandestins de conversations avec Nicolas Sarkozy et son entourage.

Les avocats de l'ancien président et de son épouse ont annoncé vendredi qu'ils allaient engager des poursuites judiciaires pour atteinte à l'intimité de la vie privée après la publication de ces enregistrements, dont le défenseur de Patrick Buisson a reconnu l'authenticité.

"Je l'ai rencontré une fois lors d'un déjeuner avec Jean-Marie Le Pen entre les deux tours de la présidentielle de 2007", a précisé Marine Le Pen à propos de Patrick Buisson lors d'une rencontre avec des journalistes.

Le conseiller, qui a été directeur du journal d'extrême droite Minute, venait selon elle pour "prendre la température" auprès de Jean-Marie Le Pen, qui venait d'être exclu du second tour de la présidentielle avec 10,44% des voix.

Nicolas Sarkozy l'emportera le 6 mai 2007 avec 53,06% des voix face à la socialiste Ségolène Royal après avoir capté une partie de l'électorat frontiste.

"Je suppose que Nicolas Sarkozy (par l'intermédiaire de Patrick Buisson-NDLR) venait tenter de prendre la température pour savoir si, par hasard, Jean-Marie Le Pen n'envisageait pas d'appeler à voter pour lui, ce qui ne serait d'ailleurs pas scandaleux outre mesure", a ajouté la présidente du FN.

MARINE LE PEN SOLLICITÉE

Elle ajoute que Patrick Buisson "n'a pas posé la question".

Patrick Buisson n'a pas pu être joint et son avocat n'a pas répondu aux sollicitations de Reuters.

Marine Le Pen a ajouté avoir aussi fait l'objet de sollicitations du camp Sarkozy mais qu'elle les a refusées.

"Il y a eu par l'intermédiaire de conseillers une demande de rendez-vous auquel j'ai donné une fin de non recevoir. Donc je ne saurai jamais ce qui aurait dû se dire dans ce rendez vous."

Sur l'affaire Buisson elle-même, Marine Le Pen estime que Nicolas Sarkozy aurait dû se méfier de son conseiller.

"M. Buisson est un mercenaire, quand on embauche un mercenaire, on l'embauche pour l'efficacité de ses services, par pour sa loyauté", a-t-elle dit.

Mais elle se déclare inquiète pour les autres enregistrements qui circuleraient et qui pourraient compromettre la sécurité de l'Etat et contenir des secrets diplomatiques.

"Là où il y a affaire d'Etat, c'est qu'il y a des enregistrements qui circulent dans la nature", a-t-elle dit en se félicitant de l'action en justice intentée par Nicolas Sarkozy. "Ça va permettre à la justice de sceller ces enregistrements qui, sinon, pourraient passer dans des mains étrangères, dans des mains hostiles."

(Yves Clarisse, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant