Réunion de sociaux-démocrates européens samedi à l'Elysée

le
0
    PARIS, 11 mars (Reuters) - Des dirigeants sociaux-démocrates 
européens et le Premier ministre grec Alexis Tsipras se 
retrouvent samedi à Paris pour évoquer l'avenir de l'Union, 
plombée par la crise des migrants et une croissance atone sur 
fond de montée des populismes. 
    Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, le 
vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel et le président du 
Parlement européen, Martin Schulz, notamment, se retrouvent 
autour de François Hollande pour un débat, à quelques jours du 
Conseil européen de jeudi et vendredi à Bruxelles. 
    Le chef du gouvernement grec Alexis Tsipras, considéré comme 
"progressiste", a également été convié à cette réunion dont la 
dernière édition s'était tenue en 2014.   
    "L'idée est de remettre à l'ordre du jour des sujets pour 
que les Européens retrouvent des perspectives", explique un 
diplomate français. "Dans le contexte d'inquiétude actuel, il 
est important qu'il y ait des voix pour redonner de la confiance 
et un espace à l'Europe." 
    Les réflexions porteront entre autres sur les moyens de 
relancer l'investissement, dans les domaines du numérique et de 
l'économie "verte" par exemple.  
    Sans oublier une réflexion sur la crise actuelle des 
migrants et des réfugiés, qui fait l'objet d'âpres négociations 
entre l'Union et la Turquie. Bruxelles et Ankara s'activent pour 
trouver un terrain d'entente d'ici le sommet des 17 et 18 mars.  
    En vertu du projet d'accord trouvé lundi dernier lors d'un 
sommet extraordinaire, les Turcs acceptent de reprendre tous les 
migrants clandestins arrivés en Europe via son territoire, en 
échange d'un surcroît d'aide financière et de la suppression des 
visas pour les Turcs voulant se rendre en Europe, ainsi que 
d'une accélération des négociations pour une adhésion à l'UE. 
    L'objectif affiché par les deux parties consiste à 
décourager l'immigration illégale et à en finir avec l'activité 
des passeurs.  
    Autre sujet à l'ordre du jour de la réunion de samedi à 
l'Elysée : la montée des populismes constatée sur tout le 
continent jusqu'en Allemagne, qui organise dimanche des 
élections dans trois Länder.  
    La perspective d'une sortie de l'Union européenne de la 
Grande-Bretagne, qui organise un référendum sur le sujet le 23 
juin, est aussi sur la table.  
    "L'idée est d'éviter que le débat lancé par les Britanniques 
pour eux-mêmes devienne un débat général", explique-t-on à 
Paris.   
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant