Retraites : «Une simple augmentation des cotisations»

le
6
VOTRE AVIS - La réforme des retraites se précise. Votée au Sénat ce lundi et à l'Assemblée mercredi, elle fait très peu d'adeptes parmi les internautes du Figaro.

Hausse des cotisations, création d'un compte «pénibilité», prise en compte des stages... La réforme des retraites passe ce lundi devant le Sénat et mercredi à l'Assemblée, pour un dernier vote qui devrait amener à son adoption. Pour de nombreux internautes, ce texte ne s'attaque pas aux questions essentielles. Berniques rejette ainsi en bloc «une réforme qui ajuste quelques curseurs et repousse les questions épineuses à plus tard. Une réforme sans courage, sans le sens des responsabilités ni de la réalité.»

Pour Beauchar, cette réforme est «une simple augmentation du taux de cotisation», qui ne traite pas les problèmes de fond. Une hausse qui atteindra 0,3 point d'ici 2017 et fait déjà grincer des dents: «L'État sanctuarise ses dépenses, mais se moque du niveau insupportable de la fiscalité des Français», regrette Module. N²O dénonce ainsi des négociations «partisanes», de la part de «syndicats, qui ne représentent quasiment rien: 8% des salariés...»

«Un manque d'équité flagrant»

«Une réforme des retraites n'est ni juste, ni acceptable tant qu'on n'aborde pas le problème des régimes spéciaux», lance Ganache, qui se fait l'écho de nombreux internautes. «Il y a bien un manque d'équité flagrant aux dépens du privé», estime FATALITAS36, vite rejoint par Patrick M.: «Le sujet principal n'est pas de rallonger la durée, mais de mettre au même niveau les régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF, douanes, fonctionnaires) avec le régime privé: c'est ça la vraie réforme.» Une différence subsiste en effet entre le public, qui calcule la retraite sur les six derniers mois de salaires, et le privé, où les 25 dernières années de cotisations sont prises en compte.

«Il faut arrêter de taper sur les fonctionnaires», rétorque Romain Griff: «Salaires gelés depuis 4 ans, pas de CE, pas de prime de départ à la retraite, pas de mutuelle prise en charge par l'employeur... Les fonctionnaires concernés par les augmentations sont principalement les catégories A.» Guillaume Salluste fait aussi remarquer que le terme «fonctionnaire» recouvre bien des réalités: «Entre les personnels enseignants qui ne touchent aucune prime et d'autres catégories dont les primes représentent parfois l'équivalent de plusieurs mois de salaire, comment trouver un mode de calcul unique pour les retraites?»

«Une vaste usine à gaz»

Autre nouveauté qui fait débat: la prise en compte de la pénibilité du travail dans l'âge de départ. «Tant mieux si des gens du privé ayant un métier pénible (BTP, couvreur, routier, etc.) peuvent partir à 59 ans», déclare FATALITAS36. Hcimp est plus sceptique envers «un dispositif unique en Europe, qui coûtera 2,5 milliards aux entreprises. Comment voulez-vous que nos entreprises retrouvent la compétitivité?» Pour Think Twice cette mesure est une «source infinie de contentieux, revendications et droits acquis». «Une vaste usine à gaz», renchérit Polonia. «'Compte pénibilité'? Oui, par une augmentation des cotisations déguisée», dénonce également Module.

D'autre part, avec cette réforme, l'État chapeautera désormais la Caisse nationale d'assurance-vieillesse des professions libérales. Une façon de lorgner sur les réserves de ses caisses, et qui fait s'interroger certains: «Il faut savoir que les réserves constituées par ces caisses l'ont été en prévision d'une démographie vieillissante, et que ces caisses en auront donc besoin à terme pour assurer les pensions de leurs anciens cotisants», souligne Ælfwine. Pierre Manzoni est lui aussi révolté par cette mesure: «L'État va tout simplement braquer les réserves des caisses, alors que si le système des libéraux est excédentaire, c'est parce que les adhérents partent en retraite tard, avec des pensions ridicules au regard de leur vie active.»

Les étudiants, eux, pourront désormais cotiser 300 euros par trimestre de stage validé, pour faire prendre en compte ces périodes dans leur retraite. «Une bonne décision. Mais il faudra aller plus loin», estime Christiane Debrabant. Mais là encore, des voix s'élèvent contre la mesure. «On est déjà en grand déficit sur les retraites, est-ce bien le moment de faire ce genre de cadeau?», s'interroge Bobo_12. Un jeune diplômé recevra en plus une prime de 1000 euros pour racheter des trimestres d'études, qui lui coûteront alors entre 500 et 1500 euros. Patricck doute de l'efficacité d'un tel dispositif: «Comment un jeune travailleur peut-il envisager de racheter un an d'études en versant aujourd'hui entre 2000 et 6000¤, pour une retraite très hypothétique sous sa forme actuelle dans plus de 50 ans?» Car cette loi est loin d'être la dernière, estiment les internautes: Youk002 compare la réforme à «un pansement, posé pour reporter à plus tard les décisions courageuses».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mardi 17 déc 2013 à 10:32

    simple précision, elle était a temps partiel et touchait 900€/mois avant la dernière année, et c'est ce qu'elle a maintenant , 900€ pour 15 ans de travail cad, 2700€ pour 45 ans de travail ..

  • M1945416 le mardi 17 déc 2013 à 10:29

    ma voisine est retraitée depuis ses 50 ans, elle avait travaillée 15 ans (3 enfants) ,et a eu une augmentation la dernière année , ce qui fait qu'elle touche autant que quand elle travaillait avant son augmentation, sans comter la prime de départ de 20 000 €... bref elle vote pour que ça change surtout pas , ceux qui nous gouvernent sont des fonctionnaires

  • olivie91 le mardi 17 déc 2013 à 07:30

    Bof de toute façon une seule solution retraite à la carte et une caisse commune bien gérée

  • idem12 le mardi 17 déc 2013 à 07:01

    pas de CE pour les fonctionnaires ? c'est vrai que le CE d'EDF est juste le plus gros de France..., pas de primes pour les enseignants ? là encore c'est faux, à une époque il existait la "prime de logement" pour les instituteurs qui a été réintégrée dans le salaire et les enseignants chercheurs ont régulièrement des primes...

  • neutro le lundi 16 déc 2013 à 20:56

    @y.tiruz:je vous plains car vous n´avez encore rien vu, à défaut de comprendre...NS a tenté de s´attaquer au fond du problème sans y parvenir sous les cris de putois de l´opposition de l´époque. Et maintenant FH enterre les problèmes, niant la réalité avec de fausses informations. Le réveil risque d´être dur quand il n´y aura plus rien dans les caisses et que les français se révolteront contre les incapables.

  • y.tiruz le lundi 16 déc 2013 à 19:04

    en gros après avoir été niqué par les réformes woerth sarko, le gouvernement holland continue sur "fond de crise" à le faire , de façon encore plus sournoise ... alors que la crise s'éloigne d'après certains dires de spécialistes en économie .