Retraites : sept mesures pour trouver sept milliards

le
25
Jean-Marc Ayrault a reçu vendredi le rapport Moreau sur la réforme des retraites. Tout le monde pourrait être concerné par des hausses d'impôts, mais les efforts demandés «ne seront pas écrasants», a assuré le premier ministre.

La réforme des retraites est lancée. Jean-Marc Ayrault a reçu vendredi le rapport sur l'avenir des retraites qu'il avait commandé fin février à la conseillère d'État Yannick Moreau. «Un rapport riche, dense et utile qui laisse au gouvernement toute liberté de choix», a salué le premier ministre, qui a confirmé que la réforme serait bouclée «à la fin de l'été».

La commission Moreau a fixé un cap: trouver 7 milliards à l'horizon 2020 pour rééquilibrer le régime général. Soit deux de plus que le déficit prévu à cet horizon par le Conseil d'orientation des retraites (COR), afin de prendre en compte la crise et conserver une marge de sécurité en cas de rechute. «Les efforts ne seront pas écrasants», a promis le chef du gouvernement. Et pour cause. Dans un compliment aux précédents gouvernements de droite, Yannick Moreau a jugé que «la France a déjà fait beaucoup» pour redresser son système de retraite par répartition.

Reste que pour réunir ces 7 milliards, le rapport propose une liste de sept mesures, dont six (les plus lourdes) consistent en des hausses de prélèvements! Côté retraités, le gouvernement aura le choix entre abaisser le plafond de leur abattement de 10 %, fiscaliser les majorations pour enfants ou aligner la CSG de 6,6 %, appliquée aux plus aisés, sur celle des salariés (7,5 %). Pour les actifs, l'essentiel pourrait consister en une hausse des cotisations entre 3 et 6 milliards, un fardeau partagé avec les employeurs.

En bout de course, les hausses de prélèvements pourraient représenter entre la moitié et la totalité des mesures. «Les mesures fiscales proposées par le rapport sont dépourvues de cohérence d'ensemble», critique déjà la CFDT.

Plusieurs pistes

Trois autres pistes sont proposées. D'abord, freiner pendant trois ans la hausse des pensions des retraités, jusqu'à présent calquée sur l'inflation. Cela rapporterait beaucoup (2,8 milliards) mais amputerait d'autant le pouvoir d'achat des personnes concernées, et donc laminerait la croissance. La Commission suggère encore de sous-indexer les salaires servant au calcul des retraites. Il serait possible, enfin, d'allonger après 2020 la durée de cotisation jusqu'à 44 annuités, contre 41,75 aujourd'hui, ce qui rapporterait 600 millions. Quant au report de l'âge légal de départ à la retraite au-delà de 62 ans, la commission en a chiffré son bénéfice à 500 millions mais ne le recommande pas, puisque François Hollande a déjà décidé de s'en priver.

Attention: les préconisations du rapport Moreau ne sont que des pistes. Au final, a rappelé hier le chef de l'État, c'est «le gouvernement et seulement le gouvernement qui prendra la décision». L'exécutif a toutefois déjà promis une chose: salariés, fonctionnaires, employeurs ou retraités, tous participeront à l'effort. D'ailleurs, a rappelé Yannick Moreau, «depuis 2008, toutes les mesures sur les retraites s'appliquent à tous les régimes».

Certaines inégalités devraient subsister

Certes, mais certaines inégalités devraient subsister. Le rapport ne dit ainsi pas un mot des régimes spéciaux. «En quatre mois de travail, on ne peut pas traiter tous les sujets», s'est excusée Yannick Moreau, qui a salué au passage «l'impact très puissant» de la réforme Bertrand de 2007, un second compliment au courage dont a fait preuve l'ancienne majorité de droite en matière de retraites. Quant aux différences entre public et privé, la commission Moreau a pris maintes précautions pour aborder ce sujet explosif. Il serait «possible», estime-t-elle, de rapprocher le mode de calcul du public (plus avantageux) de celui du privé, en échange d'une meilleure prise en compte des primes des agents. «Ce rapprochement ne serait pas défavorable aux fonctionnaires et limiterait les incompréhensions», justifie l'ex-présidente du COR.

La réforme des retraites se fera «dans un esprit de responsabilité, de justice - car il y a des inégalités à corriger - et d'efficacité», a au final rappelé Hollande. Le travail de la commission Moreau n'est qu'une première étape. Il doit servir de base aux discussions de la conférence sociale de jeudi et vendredi prochains entre gouvernement, patronat et syndicats. Elle pourrait s'avérer mouvementée. CGT et FO ont, à en croire leurs déclarations, déjà jeté le rapport à la poubelle.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • osidris le jeudi 27 juin 2013 à 16:20

    Come d'hab, 'tous participeront à l'effort", mais les privilèges perdureront (à commencer par ceux des parlementaires !) A quand la nuit du 4 août ???

  • fquiroga le mercredi 26 juin 2013 à 12:42

    Encore une excuse pour augmenter les impôts...rien à voir avec les caisses de retraite.....Comme le vignettes autos dans le passé.....Une arnaque de plus en vue.

  • chiche21 le lundi 24 juin 2013 à 08:56

    Un système de gouvernement où les moins capable de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux même ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d'un nombre de producteurs en diminution continuelle. Ce système s'appelle l'inaptocratie.Jean d'ORMESSON

  • er3dw le mercredi 19 juin 2013 à 22:02

    supprimons les pensions de reversion; Des personnes qui par confort personnel n'ont pas voulus travailler n'ont pas à piocher dans les caisses de retraites

  • titide le mercredi 19 juin 2013 à 10:41

    Comme l'a si bien dit Monsieur Wauquier il faut baisser les retraites des parlementaires et d etous les élus qui les cumulent.

  • titide le mercredi 19 juin 2013 à 10:40

    il faut plafonner les retraites à 2800 euros et 3500 pour un couple.Des retraites de régimes spéciaux ou de fonctionnaire à plus de 4000 euros sont abusives!!!

  • M6762365 le lundi 17 juin 2013 à 11:27

    on pourrait commencer par supprimer le sénat inutile et la moitié des députés ??

  • nicog le lundi 17 juin 2013 à 10:22

    Sept mesures ? Une seule suffit: Supprimer les 65 Régimes de retraite et n'en conserver qu'un seul. Puis ajuster le curseur pour équilibrer les comptes. Pas besoin de'expert, pas besoin de rapport pour faire ça.

  • frinie1 le lundi 17 juin 2013 à 10:04

    Hollande le président de ses fonctionnaires-électeurs. Il ne veut pas toucher au régime du public et aux régimes spéciaux. Je comprends, il faut être courageux et Hollande est tout sauf cela. Il caresse ses électeurs dans le bon sens, quitte à avoir une guerre civile ?

  • imozen le lundi 17 juin 2013 à 09:07

    Hollande l'a dit à M6 :"pas toucher à mes électeurs, les fonctionnaires !". Président des fonctionnaires, ça c'est sûr. Plus, j'en doute, car sitôt élu, il s'est empressé de supprimer la journée de carenca assurance-maladie des fonctionnaires... alors que les salariés du privé en ont trois ( nb:les 3 premiers jours d'absence-maladie ne sont pas couverts par la Sécu.)