Retraites : reçue par Ayrault, la CFDT se dit «rassurée»

le
0
Le premier ministre a reçu ce lundi matin le premier des syndicats réformistes, la CFDT. Il a confirmé que la durée de cotisation ne sera pas allongée avant 2020 et que les pensions des retraités ne seront pas touchées.

Expliquer et rassurer. Le premier ministre recoit lundi et mardi, un par un, les partenaires sociaux. Lundi matin, il a commencé par s'attacher à rassurer le premier des syndicats reformistes, à savoir la CFDT. Il a assuré aux dirigeants de l'influente organisation lors d'un entretien lundi matin à Matignon que la durée de cotisation ne sera pas allongée avant 2020 et que les pensions des retraités ne seront pas touchées. «Nous sommes rassurés sur un certain nombre de propositions, a affirmé le secretaire général du syndicat, Laurent Berger, à l'issue de son entretien avec le premier ministre. Il nous a aussi dit qu'il n'y aurait pas de baisse des pensions ni de gel des pensions». «Nous ne voulons pas que la durée de cotisation (qui sera augmentée au-delà de 2020, NDLR) augmente au-delà de 43 ans», contre 41,5 aujourd'hui, a-t-il prévenu.

La CDFT contre une hausse de la CSG

Quand au financement de la réforme, et alors que rien n'est officiellement arbitré à cette heure, la CFDT a réaffirmé son opposition à une hausse de la CSG pour financer les retraites. «Nous aurons besoin de cette ressource pour la réforme à venir de l'autonomie», a indiqué Laurent Berger. La CFDT souligne aussi que la logique du régime de retraite, contributif, doit être financé par les cotisations salariales et patronales. «Je cotise, je reçois», a-t-il résumé. «Mais nous ne voulons pas de hausse massive, pour ne pas pénaliser la consommation ni gréver la compétitivité», a précisé Laurent Berger. «Une augmentation des cotisations, ce n'est jamais une bonne nouvelle», a-t-il regretté.

Au chapitre des contreparties de la réforme, le premier ministre a indiqué à la CFDT que toutes les périodes de travail des apprentis seront comptabilisées pour la retraite. D'autre part, le seuil minimal pour valider une année de cotisation, actuellement de 800 heures de Smic, serait abaissé à 600 heures.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant