Retraites : Marisol Touraine reste muette

le
2
La ministre des Affaires sociales n'a rien dévoilé de ses intentions aux syndicats qu'elle a reçus hier.

Un nouveau round de concertation pour rien... C'est en tout cas l'avis des syndicats (CGT, FO, CFE-CGC et CFDT) reçus jeudi, lors de rendez-vous bilatéraux de deux heures, par Marisol Touraine dans le cadre de la réforme des retraites. Menu du jour? Le financement des régimes et le pilotage du système. «La ministre des Affaires sociales est restée sur les lignes rouges à ne pas dépasser mais n'a rien dit de concret qu'on ne sache déjà, commente Éric Aubin, le «M. Retraites» de la CGT. Pour écouter, le gouvernement écoute, mais n'entend rien». Même son de cloche du côté de FO. «Le gouvernement avance prudemment et refuse de dévoiler ses cartes, nous n'avons aucune certitude sur rien», confirme Philippe Pihet, son négociateur.

«Des ronds dans l'eau»

En fait, la ministre se borne à répéter ce que François Hollande et Jean-Marc Ayrault martèlent depuis des semaines. Primo, que les petites retraites seront épargnées de l'effort qui consiste à trouver 20 milliards par an pour équilibrer les régimes en 2020. Secundo, que les fonctionnaires ne seront pas plus touchés que les autres. Et tertio, que l'allongement de la durée de cotisation est la piste privilégiée. «On n'arrive pas à discuter», se plaint Éric Aubin. «On glisse de plus en plus de la concertation à la communication, soupire Philippe Pihet. Cela fait quatre fois qu'on se voit pour rien. On fait des ronds dans l'eau.»

Tout juste les syndicats ont-ils compris que la CSG des retraités aisés allait augmenter. «Mais la ministre nous a aussitôt demandé si un bout devait aussi financer la dépendance», rapporte Philippe Pihet. «Tout se passe comme si les seules marges de discussion portaient sur les points annexes: les femmes, la pénibilité, le pilotage, mais pas sur le fond, déplore Éric Aubin. Le gouvernement est conscient du mécontentement qui monte et attend de voir l'ampleur de la mobilisation du 10 septembre pour finaliser sa copie.» Et ce avant une présentation du projet de loi le 18 en Conseil des ministres.

D'ici là, Marisol Touraine doit continuer son tour de table, aujourd'hui la CFTC et les trois organisations patronales. Puis les huit mêmes délégations dans une semaine sur l'équité et la justice. Sans doute les partenaires sociaux devront-ils attendre fin août, et la réunion programmée à Matignon avec Jean-Marc Ayrault, pour avoir plus de certitudes...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le vendredi 12 juil 2013 à 11:59

    on sait comment cela va se terminer: hausses des prélèvements sur les entreprises, hausses des impots sur les retraités, allongement pour le privé, sauvegardes des plus privilégiés (fonctionnaires, régimes spéciaux, parlementaires).

  • rob.loup le vendredi 12 juil 2013 à 08:39

    encore une qui ne sert a rien