Retraites : les trois principales pistes à l'étude

le
57
Retraites : les trois principales pistes à l'étude
Retraites : les trois principales pistes à l'étude

Début des grandes man?uvres sur l'épineux dossier des retraites. Jean-Marc Ayrault a pris, hier, le pouls des partenaires sociaux. Officiellement, en vue de la préparation de la grande conférence sociale prévue les 20 et 21 juin. Officieusement, pour déminer le terrain avant que le gouvernement n'abatte définitivement ses cartes sur cette réforme « d'ampleur ».

Début juin, la commission d'experts présidée par Yannick Moreau, l'ex-présidente du Conseil d'orientation des retraites (COR) devrait remettre une liste de scénarios. Syndicats et patronat bûcheront tout l'été. Pour un texte final devant le Parlement avant la fin de l'année. Le gouvernement sait qu'il doit agir vite. Bruxelles attend de la France des signes de sa volonté de mener rapidement des réformes structurelles. Dans son collimateur? Le « trou » de 20 Mds? attendus en 2017 dans les comptes du régime d'assurance vieillesse. Revue de détail des principales pistes de financement à l'étude.

1 Allongement de la durée de cotisation. François Hollande a prévenu : « Comme on vit plus longtemps, il va falloir avoir des durées de cotisations plus longues. » Actuellement à 41,5 ans pour les générations nées en 1955, le gouvernement envisagerait de reculer progressivement la durée de cotisation au-delà de 2020.

Un moyen de repousser l'âge de la retraite sans toucher officiellement à l'âge légal de départ. Car cela revient à demander de travailler plus de trimestres pour percevoir une pension à taux plein. Une mesure jugée néanmoins plus juste par la gauche.

Selon une hypothèse du COR calculée sur la progression de l'espérance de vie, la durée de cotisation augmenterait à 42 ans pour la génération née en 1962, 43 ans pour celle née en 1975, 44 ans pour celle née en 1989 et atteindrait 44,75 ans pour celle née en 2000. Une solution qui permettrait d'assurer l'équilibre des régimes en 2060. A plus court...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bobded le mercredi 15 mai 2013 à 17:48

    La gauche des pauvres ,,,les plus riches pourront ce racheter des trimestres,,, la plupart de ce qui ont voté pour hollande ??? nonMerci la gauche hypocrite et menteuse

  • giu0513 le mercredi 15 mai 2013 à 07:46

    Population qui vieillit, diminution du ratio actifs-retraités, espérance de vie décuplée. Les règles mathématiques ne peuvent être plus longtemps bafouées...Nous partirons à la retraite vers 67/68 ans, avec des pensions plus faibles, et des cotisations plus hautes..La vraie solution c'est la suppression de cet odieux système par répartition. Chacun doit côtiser,ce qu'il veut, le temps qu'il veut et toucher ce qu'il mérite.Liberté!et surtout stop aux scandaleux régimes spéciaux des fonctionnaires

  • M5441845 le mercredi 15 mai 2013 à 04:49

    Si Mitterrand n'avait pas fait la retraite a 60 ans. Si on avait écouté Rocard en 88 qui signalait déjà un problème. Si on n'avait pas cassé la réforme Juppé en 95. Si en 98 Jospin n'avait pas mis le rapport Charpin à la poubelle pour le remplacer par la bande dessinée de René Teulade. Si on n'avait pas mis la pression sur Sarko il y a 3 ans pour revoir à la baisse sa réforme et si on n'avait pas fait semblant de remettre la retraite à 60 ans il y à qq mois. La gauche pourrait être radieuse...

  • M5441845 le mercredi 15 mai 2013 à 04:40

    Rallonger la durée de cotisation sans toucher a l'age de départ, c'est reculer l'âge de départ sans avoir le courage de le dire. C'est triste parce que le courage doit être une qualité des politiques. Et du courage il va en falloir a la gauche pour mener une réforme des retraites au bout... Elle ne l'a jamais fait.

  • s.thual le mercredi 15 mai 2013 à 01:17

    un regime identique pour tous prve public !en duree et periode de cotisation et valorisation,,,ca sera la justice autrement on se fiche du monde!

  • janaliz le mercredi 15 mai 2013 à 00:44

    Vous n'avez pas compris "lucy". Ce qui n'était pas admissible il y a 3 ans l'est dorénavant. Une certaine loi autorisant certaines pratiques permet de labelliser l'inconcevable auparavant, dorénavant politiquement très correct. Vous n'êtes pas d'accord. Et pourtant même si c'est choquant, c'est la vérité...

  • lucy.j le mardi 14 mai 2013 à 16:54

    En 1995 les propositions d'Alain Juppé soutenues par la CFDT (Nicole Notat) et Claude Evin (PS) ont fait descendre dans la rue des milliers de personnes, pourtant, si cette réforme était passée le système ne serait pas aussi compromis. En effet elle prévoyait entre autre l'alignement de la durée de cotisation du public et du privé à 40 annuités. Les manifestants de 1995 ont en fait joué un vilain tour à leurs enfants qui en supportent aujourd'hui les conséquences. Qui était dans la rue en 95 ?

  • lucy.j le mardi 14 mai 2013 à 16:31

    suite) Néanmoins, pour assurer l'équilibre du système si nous voulons garder la répartition, il n'y a aura pas tellement de moyens si ce n'est augmenter la durée des cotisations, ce qui est dans un sens assez logique car nous travaillons de moins en moins (35 heures) et que nous vivons de plus en plus vieux. Un alignement du secteur public ainsi que de tous les régimes spéciaux avec le privé doit aussi être entrepris. Pourquoi pas également, permettre un peu de capitalisation comme en Allemagne?

  • lucy.j le mardi 14 mai 2013 à 16:22

    Il n'y a pas un siècle entre 1920 et 1938 l'espérance de vie ne dépassait pas 60 ans, ceci veut dire qu'une partie des gens ne percevaient jamais leur retraite ! Heureusement les temps ont changé. Les retraités qui ont dans l'ensemble travaillé plus que les jeunes générations (la durée du temps de travail était plus longue 40 h, ils n'avaient que 4 semaines, puis 5 semaines de congé) peuvent aujourd'hui jouir d'une retraite pendant d'assez longues années en bonne forme. C'est un progrès.

  • lucy.j le mardi 14 mai 2013 à 15:54

    @reg1046 : Vous ne semblez pas adhérer au principe du système par répartition, alors quittez la France, partez aux USA, vous cotiserez pour vous, votre épargne pendant votre vie active financera votre retraite, pas d'épargne pas de retraite, c'est le principe de la retraite par capitalisation vous aurez au moins la satisfaction de ne pas payer "pour les autres" !