Retraites : les syndicats prêts à la mobilisation

le
5
RÉACTIONS - Après la publication du rapport Moreau vendredi matin, les organisations mettent en garde le gouvernement en vue de sa future réforme. L'opposition ne se montre pas convaincue non plus.

Assurer le service après-vente. C'est le rôle qu'a tenu Marisol Touraine après l'intervention du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sur le rapport Moreau consacré aux régimes des retraites. Anticipant les réactions de l'opposition et des syndicats sur cette réforme controversée, la ministre des Affaires sociales a confirmé que le gouvernement allait engager «la concertation avec une volonté de responsabilité, mais aussi et surtout de justice». «Des efforts sont à faire, mais ils ne sont pas gigantesques, ils sont à notre portée», a-t-elle assuré sur le même ton rassurant que celui emprunté un peu plus tôt par le chef du gouvernement. Et d'ajouter: «Nous avons la volonté de trouver des propositions qui permettent à notre système de retraites d'être consolidé, garanti».

Dans les rangs de la majorité, le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen a également pris le relais, en saluant sur son blog un rapport «qui a le mérite de proposer une grande diversité de mesures». «Prenons garde à ne pas mener une réforme Fillon bis, fut-elle plus juste mais qui ne répondrait pas plus que la précédente à l'évolution démographique de notre pays», écrit-il toutefois dans son billet. «La prochaine réforme des retraites doit montrer notre cap et proposer une approche politique de l'allongement de la durée de vie, positive et transversale», souligne l'élu.

Des «mobilisations» annoncées

Mais l'optimisme du gouvernement n'a pas gagné les syndicats. Premier à réagir après la publication du rapport: la CGT. Celle-ci a affirmé que le débat sur l'avenir des retraites devait «s'engager sur d'autres bases» que celles avancées par le texte. «De vraies questions (y) sont abordées», mais «les principales pistes évoquées n'augurent rien de bon et nous regrettons qu'aucune des propositions portées par la CGT n'ait été reprise», a expliqué la centrale, qui compte appeler aux «mobilisations» nécessaires pour assurer le «progrès social». En début de matinée vendredi, avant même la remise du rapport, le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly avait déjà assuré que son syndicat n'hésiterait pas à «mobiliser». «Le gouvernement va marcher sur des ½ufs, il faut qu'il soit bien prudent», avait-il menacé sur Europe 1.

Pour Bernadette Groison, la secrétaire générale de la FSU, la volonté exprimée de rapprocher le public et le privé est le «point noir» du rapport. «On demande au gouvernement de ne pas retenir cette piste, totalement désavantageuse pour les fonctionnaires», a-t-elle déclaré vendredi. «Ce qui nous agace tout particulièrement, c'est cette focalisation sur la fonction publique. C'est un faux problème! Les retraites du public ne sont pas plus avantageuses que le privé», a renchéri Denis Turbet-Delof de Solidaires.

«Le gouvernement s'apprête à réduire encore davantage les droits à la retraite. Cette décision s'inscrit pleinement dans le cadre des 'réformes structurelles' néo-libérales et des politiques d'austérité qui dévastent l'Europe et menacent la démocratie. À ce titre, elle est parfaitement irresponsable», a jugé pour sa part Attac France.

A l'UMP, les réactions se faisaient plus rares en début d'après-midi. Sur Twitter, le sénateur de Seine-Saint-Denis, Philippe Dallier, a ironisé sur l'intervention de Jean-Marc Ayrault, se moquant de la «continuité» revendiqué par le premier ministre. «#Ayrault - retraite: 'nos choix seront guidés par deux impératifs, continuité et justice'... Continuité, elle est bonne celle là!», a écrit le secrétaire général adjoint de l'UMP.

#Ayrault - retraite : "nos choix seront guidés par deux impératifs, continuité et justice"... Continuité, elle est bonne celle là !

-- Philippe Dallier (@philippedallier) June 14, 2013

Le député UMP Lionnel Lucas a lui aussi vivement réagi sur le site de micro-blogging, en dénonçant une «lâche hypocrisie».

La prop d'un allongement de la durée de cotisation pour les retraites est une lâche hypocrisie qui obligera à ponctionner les retraités!

-- Lionnel Luca (@lionnelluca06) June 14, 2013

Selon le président du MoDem, François Bayrou, «la collection de mesures présentée par le rapport Moreau promet un débat difficile et biaisé». «Imposer à tout le monde sans distinction de la pénibilité du travail une durée de cotisation de 44 années fera l'objet d'un refus d'une grande partie de la société française», a-t-il prédit. «Il y a des métiers qu'on ne peut pas exercer à 68 ou 70 ans». Pour l'ancien candidat à la présidentielle, le régime par points est le seul «à pouvoir sauver» la retraite «par répartition» et «à garantir son équilibre».

De son côté, le Front national a estimé que ce rapport n'était «rien d'autre que la boîte à outils du Medef». Le parti de Marine Le Pen dénonce notamment des durées de cotisation plus longues et la création «artificielle» d'une «guerre privé-public», une «guerre des petits contre les petits».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cesarski le samedi 15 juin 2013 à 16:01

    mettez le gouvernement de gauche a la retraite anticipée sans indemnites avant qu'il ne mette tout en l'air / la droite et l’extrême droite doivent saliver de bonheur avec ce genres de politique pourrie

  • fbordach le samedi 15 juin 2013 à 13:12

    Ouarf! Moi Président je rassemblerai tous les français...Une réforme dans la justice et l'équité! Les rentiers, pardon les fonctionnaires et les travailleurs ressortissant des régimes spéciaux en rigolent par avance, eux qui ont déjà prévenu qu'ils feraient grève pour s'opposer à l'abolition de leurs privilèges. De toute manière ce gouvernement est sans vision, sans cap et sans tripes, donc le changement ce n'est pas vraiment pour maintenant!

  • fbordach le samedi 15 juin 2013 à 09:29

    Ces collaborateurs de journalistes et ces lâches de politiciens nous refont le coup lassant de la courageuse, forcément courageuse, réforme des retraites. De réforme et de courage, je n'en vois nulle part. Je vois un énième ajustement paramétrique d'un système intrinsèquement mauvais, car il institue la guerre de tous contre tous, vieux contre jeunes, privilégiés contre désavantagés. Avec les gros doigts boudinés et cupides des politiciens et des syndicalistes poussant les boutons.

  • glaty le vendredi 14 juin 2013 à 17:16

    Les représentants des syndicats sont-ils des fainéants qui n'attendent que ça pour ne pas aller travailler,les etrangers qui voient ça rigolent bien !!de voir tout ce folklore autour de cette nouvelle réforme des retraites.!

  • M4369955 le vendredi 14 juin 2013 à 15:55

    ça va péter !