Retraites : les pistes de réforme s'annoncent explosives

le
35
Retraites : les pistes de réforme s'annoncent explosives
Retraites : les pistes de réforme s'annoncent explosives

Le processus de réforme est à peine engagé que déjà les pistes envisagées promettent de faire des vagues. La Commission pour l'avenir des retraites va proposer dans un rapport remis la semaine prochaine de mettre à contribution les retraités, les actifs, les entreprises et les fonctionnaires, ont indiqué ce mardi des sources syndicales, confirmant des informations du Figaro.fr. «C'est la boîte à outils, mais le gouvernement devra choisir et prendre ses responsabilités (...). Cela va être chaud», a commenté un syndicaliste auprès de l'AFP.

Commandé par Jean-Marc Ayrault à l'ancienne présidente du Conseil d'orientation des retraites, Yannick Moreau, ce rapport détonne par ses prises de position qui n'épargnent personne pour remettre à flot le système à court terme. La haut-fonctionnaire a donné oralement quelques grandes lignes aux syndicats, qu'elle a reçus individuellement lundi. Revue de détail des propositions.

Les fonctionnaires. Les solutions avancées risquent de provoquer la colère des syndicats de la fonction publique. Le rapport préconise de toucher un acquis : changer les règles de calcul des retraites des fonctionnaires, qui ne seront plus basées sur les 6 derniers mois mais sur les 10 meilleures années. Les pensions des salariés du privé étant, elles, calculées sur les 25 meilleures années. En échange, les primes perçues dans une carrière seraient mieux intégrées dans le calcul.

Les retraités. L'ancienne génération de travailleurs devrait sortir le porte-monnaie et contribuer à la survie du système en renonçant à quelques avantages. Ils devraient notamment abandonner l'abattement fiscal de 10% pour frais professionnels et le bonus fiscal de 10% pour les ménages ayant eu trois enfants et plus. Mais la pilule la plus dure à faire passer serait sans doute l'alignement du taux de la contribution sociale généralisée (CSG) des retraités imposables sur celui des actifs.Sans pour autant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le samedi 15 juin 2013 à 13:09

    Ouarf! Moi Président je rassemblerai tous les français...Une réforme dans la justice et l'équité! Les rentiers, pardon les fonctionnaires et les travailleurs ressortissant des régimes spéciaux en rigolent par avance, eux qui ont déjà prévenu qu'ils feraient grève pour s'opposer à l'abolition de leurs privilèges. De toute manière ce gouvernement est sans vision, sans cap et sans tripes, donc le changement ce n'est pas vraiment pour maintenant!

  • M9095115 le mercredi 5 juin 2013 à 13:58

    Sachez aussi que la loi pour réduire le salaire des ministres de 30% a été refusée par le conseil constitutionnel et bizarre personne n'en parle ni édia,ni droite,ni gauche.Tout le monde se protège on dirait

  • M9095115 le mercredi 5 juin 2013 à 13:53

    Le gouvernement du Mou ne va certainement pas toucher quoique ce soit chez les fonctionnaires qui sont ses électeurs ( CGT et FO dirigent ).Le mou va réduire la retraite des vieux et réformer le privé

  • M4426670 le mercredi 5 juin 2013 à 13:45

    Et la retraite des parlementaires? Passera t elle aussi à la moulinette. Ou alors les parlementaires ne sont pas des français comme les autres?

  • pj1805 le mercredi 5 juin 2013 à 11:44

    Pour RLEONARD : pour un actif la base de calcul de la CSG est de 98.25% du salaire brut + 100% des parts patronales de prévoyance et mutuelle complémentaire donc en général un actif cotise sur plus de 100% de son salaire brut.Pour mon cas personnel, ma CSG est calculée sur 100,22% de mon salaire brut.Pour d'autres salariés ce pourcentage peut être encore plus important.

  • rleonard le mercredi 5 juin 2013 à 11:35

    appliquer le même taux de csg que pour les actifs : oui mais a condition d'appliquer les mêmes bases de calcul car un retraité cotise sur la totalité alors qu'un actif ne cotise que sur 90%

  • M2135936 le mercredi 5 juin 2013 à 11:26

    Le problème est au niveau du budget de l'État avec tous ces technocrates qui ne virulentes voir la réalité : 37 milliards de dépenses consacrées aux privilégiés qui ont peu cotisé.Savez vous qu''à salaire égal un fonctionnaire cotise 30% de moins pour 20% de retraite en plus.Le COR a tout faux

  • frede331 le mercredi 5 juin 2013 à 11:16

    Redresser dans la justice . Justice signifie donc equité devant la retraite .Donc suppression des regimes speciaux, regime unique, regles uniques . Qu'ils fassent la grande reforme de la retraite a points que tout le monde attend depuis des lustres . Quitte a etre impopulaire, autant l'etre jusqu'au bout. Malheureusement, nous avons un gros na.se au pouvoir qui ne fera rien d'autre que de preserver son electorat.

  • M2135936 le mercredi 5 juin 2013 à 11:13

    Les salariés du privé doivent boycotter les syndicats qui ne défendent que les privilégiés : 45 milliards de pensions versées pour 9 milliards de cotisations salariales.Votre impôt sur le revenu pour les trois quart finance les retraites des nantis

  • SeanO le mercredi 5 juin 2013 à 11:03

    J'allais oublier..."Le supplément familial de traitement" est un héritage de Vichy(Mimolette fils de pétainiste et héritier de Mitteux pouvait difficilement le supprimer).