Retraites : les gagnants et les perdants de la réforme

le
11
Les conséquences de la réforme des retraites annoncée hier par le gouvernement ne sont pas identiques pour tous. Tour d'horizon des principaux changements. » Retraites : mini réforme, maxi cotisations

La réforme des retraites était attendue. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en a dévoilé les grandes lignes hier. L'heure est désormais aux calculs des coûts et avantages pour chacun.

Les grands gagnants de la réforme

o Les femmes

Le gouvernement a affiché sa volonté de «rendre le système des retraites plus juste». Afin de réduire les inégalités entre hommes et femmes, le nouveau dispositif va notamment «mieux prendre en compte les trimestres d'interruption de travail pendant les congés maternité». Dès 2014, tous les trimestres pris au titre du congé maternité seront considérés comme étant cotisés. Auparavant, seuls deux trimestres étaient comptabilisés.

Par ailleurs, la prime aux familles nombreuses va être corrigée afin de «bénéficier davantage aux femmes», souligne le gouvernement. Au-delà de 2020, une somme forfaitaire en fonction du nombre d'enfants sera versée uniquement aux femmes. Autre changement, ce bonus sera attribué aux mères dès le premier enfant.

o Les salariés exerçant un métier pénible

Travail de nuit, postures pénibles, exposition au bruit... Un salarié sur cinq, soit 100.000 personnes partant à la retraite chaque année selon la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, exerce un métier pénible qui raccourcit son espérance de vie. C'est le cas, à titre d'exemple, des infirmières de nuit, des conducteurs de camions ou de certains ouvriers.

À partir de 2015, ces salariés bénéficieront d'un compte «personnel de prévention de la pénibilité». En pratique, chaque trimestre d'exposition à un facteur de risque donnera droit à un point. Le recueil de 10 points permettra au salarié de gagner un trimestre de retraite, de temps partiel ou de formation. Les 20 premiers points devront en revanche être obligatoirement consacrés à la formation. Il ne sera pas possible de collecter plus de 100 points si bien que 8 trimestres maximum de retraites peuvent être accumulés.

o Les salariés à temps partiel

Les salariés à temps partiels vont bénéficier d'une modification des modalités de validation de leurs trimestres de cotisation. Aujourd'hui, un trimestre est acquis avec 200 heures rémunérées au Smic. À partir de 2014, ce seuil sera diminué à 150 heures. En outre, les cotisations non utilisées pourront être reportées d'une année sur l'autre.

Par ailleurs, un plafond sera ajouté: seuls les revenus inférieurs à 1,5 fois le Smic seront pris en compte. Le gouvernement veut ainsi éviter que certains salariés qui perçoivent une rémunération élevée «puissent valider 4 trimestres en moins de 2 mois et demi d'activité».

o Les apprentis et stagiaires

Le système de cotisation des apprentis va être réformé pour leur permettre de valider des trimestres pendant leur apprentissage, chose auparavant impossible. Ainsi, un trimestre travaillé correspondra à un trimestre validé, quelle que soit leur rémunération.

De leur côté, les jeunes ayant fait des études longues pourront racheter des trimestres à un tarif préférentiel. Ce bonus sera forfaitaire et limité à quatre trimestres maximum. Le rachat devra en outre être effectué dans un délai de cinq à dix ans après la fin des études.

Les perdants de la réforme

o Retraités avec trois enfants et plus

Aujourd'hui les deux parents de trois enfants et plus bénéficient d'une majoration de 10% de leurs pensions. Dans un premier temps, le gouvernement va rendre ce bonus imposable. Ensuite, au-delà de 2020, cette prime aux familles nombreuses disparaîtra progressivement au profit d'un système plus favorable aux femmes uniquement.

o Les salariés, même ceux qui sont nés avant 1958

Les salariés nés avant 1958 - qui auront plus de 62 ans en 2020 - passent quasiment entre les gouttes de la réforme. Le gouvernement a en effet décidé de n'allonger la durée de cotisation qu'à partir de 2020. D'ici là, ce sont donc toujours les règles de la réforme Fillon qui s'appliquent, c'est-à-dire un allongement de la durée de cotisation en fonction de celui de l'espérance de vie, qui n'a pas progressé cette année. Comme la durée de cotisation est fixée six ans à l'avance pour laisser le temps aux futurs retraités de prendre leurs dispositions, elle devrait rester fixée à 41,5 ans d'ici à 2020, comme aujourd'hui.

En revanche, comme tous les salariés, ceux qui sont nés avant 1958 devront s'acquitter de cotisations retraites plus élevées. La réforme du gouvernement Ayrault prévoit une hausse progressive des cotisations de 0,3 point sur quatre ans. In fine, cette hausse devrait représenter 54 euros par an de moins sur la fiche de paie d'un salarié au smic.

o Le cas des salariés nés après 1973

Le gouvernement Ayrault a choisi de n'allonger la durée de cotisation qu'à partir de 2020, au rythme d'un trimestre tous les trois ans jusqu'en 2035. A ce rythme, la génération née en 1964, qui aura 62 ans en 2026, devra par exemple cotiser 42 ans et un trimestre pour bénéficier d'une retraite à taux plein, contre 41,5 ans aujourd'hui. En 2035, la durée de cotisation sera fixée à 43 ans, pour ne plus en bouger, sauf nouvelle réforme des retraites... Ainsi, un salarié de 30 ans, né en 1983, devra avoir cotisé 43 ans pour toucher sa retraite à taux plein. S'il a commencé à travailler à 23 ans, il devra travailler jusqu'à 66 ans.


o Les employeurs

Les employeurs ne sont pas en reste. La réforme des retraites prévoit une hausse du montant des cotisations retraite payées par les entreprises du même montant que celle entérinée pour les salariés, soit 0,3 point de hausse au bout de quatre ans. Cette augmentation représente un coût total de 2,2 milliards d'euros à la charge des employeurs. En compensation, le patronat a obtenu un transfert partiel des cotisations versées dans le cadre de la politique familiale sur d'autres prélèvements, de façon à ne pas trop alourdir le coût du travail.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • neutro le mardi 10 sept 2013 à 20:55

    Il existe un système bien simple pour des retraites “justes“ qui ne doit rien à la gauche.Instaurer un système ou la durée de jouissance d´une pension de retraite devrait être égale à la moitié de la durée de cotisation. Cela règle tout, les carrières longues, les études qui retardent le début des cotisations, la pénibilité qui réduit l´espérance de vie et enfin, améne une rationalité économique...

  • fab06fab le vendredi 6 sept 2013 à 14:33

    les régimes spéciaux ne sont pas réformés, pas touche aux fonctionnaires, on se moque du monde !!

  • troteldo le vendredi 30 aout 2013 à 17:32

    Les retraités actuels vont y perdre un peu mais par rapport à des futurs retraités qui toucheront 30 % de moins qu'eux avec 3 ou 4 années de cotisations de plus, je ne vais pas pleurer. A 62 ans, j'aurai une pension inférieure de 30 % à celle que j'aurais touché à 60 ans avant la réforme Fillon 2003 !

  • grokuik1 le vendredi 30 aout 2013 à 15:08

    depuis le temps que syndicats et patrons qui controlent retraite par répartition auraitent du réagir !! un scandale !! sont capables de rien et ne représentent rien d'ailleurs !! quant aux politicards issus du moule ENA : aussi nuls qu'eux !! les retraites par répartition sont en faillite du à cela qui a été instauré par qui croyez vous ?????

  • grokuik1 le vendredi 30 aout 2013 à 15:05

    .... SONT TOUJOURS AUSSI C... , n'ont toujours pas compris que ces majorations (10% = 3 enfants, 15% = 4 enfants .....+5% par enfant supplémentaire ) doivent etre purement et simplement supprimé , car il s'agit de retraite du au travail et non retraite avec avantage social selon qu'on a déjà bien profité depuis la naissance !!! NUL DE NUL / FAMILLE DE FRANCE insiste et signe avec frères francs maçons !!

  • grokuik1 le vendredi 30 aout 2013 à 15:01

    Par ailleurs, la prime aux familles nombreuses va être corrigée afin de «bénéficier davantage aux femmes», souligne le gouvernement. Au-delà de 2020, une somme forfaitaire en fonction du nombre d'enfants sera versée uniquement aux femmes. Autre changement, ce bonus sera attribué aux mères dès le premier enfant........

  • sicler1 le vendredi 30 aout 2013 à 11:07

    Parmi les perdants vous avez omis (sciemment ?) tous les retraités qui voient la revalorisation des pensions reportée (encore) de 6 mois supplémentaires, avec à la clé une baisse de la dite autour de 30€ mensuels.Mais ça a si peu d'importance, le sort des retraités en regard de la macro-économie !

  • eskimmo le mercredi 28 aout 2013 à 17:57

    Les perdants sont les jeunes actifs qui vont payer l'addition. Les grands gagnants sont les retraités dont la pension augmentera avec l'inflation et les futurs retraités qui gardent leurs avantages honteux.

  • glaty le mercredi 28 aout 2013 à 16:28

    ILS NE VEULENT PAS TOUCHER AU CALCUL DES RETRAITES DE FONCTIONNAIRES CAR EUX MEME SONT FONCTIONNAIRES !!! Il faudra donc sortir dans les rues pour obliger les autorités à ajuster exactement le calcul avec le calcul du secteur privé c'est a à dire prendre en compte leurs 25 meilleurs années et NON leurs 6 DERNIERS MOIS !!!

  • maijerev le mercredi 28 aout 2013 à 15:53

    ça c'est la classe comme commentaire. Chapeau l'artiste