Retraites : les députés adoptent le compte pénibilité

le
6
Retraites : les députés adoptent le compte pénibilité
Retraites : les députés adoptent le compte pénibilité

Pas de coup de théâtre jeudi soir à l'Assemblée. Après le raté de la veille - huit élus PS ont supprimé le report de la hausse annuelle des pensions en raison d'une erreur de vote -, les députés ont voté tard jeudi soir la création d'un compte personnel de prévention de la pénibilité. Une réforme aussi attendue que controversée qui considère désormais la fatigue particulière de certains métiers dans le calcul de la durée de cotisation. La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, s'est ainsi félicité d'une «avancée historique» Elle a souligné que les entreprises, qui financeront le dispositif, seront «incitées à améliorer les conditions de travail».

La gauche, à l'exception du Front de gauche qui s'est abstenu, s'est prononcée en faveur de ce compte qui permettra aux salariés de droit privé d'accumuler des points en fonction du temps passé en situation de pénibilité pour se reconvertir, travailler à temps partiel ou partir plus tôt à la retraite. Une mesure en vigueur à partir du 1er janvier 2015. Quelque 300 000 personnes devraient à terme utiliser chaque année des points accumulés sur leur compte. Le coût du dispositif est estimé à 500 millions d'euros en 2020, 2,5 milliards d'euros en 2040.

L'opposition pointe des problèmes d'application

UMP et UDI se sont, elles, abstenues après de nombreuses tentatives pour retarder le vote. L'opposition a cherché en vain à exempter les PME-TPE d'un nouveau dispositif «illisible» qui «pose des problèmes d'application, afin qu'on ne retombe pas dans les difficultés des 35 heures», selon les mots du centriste Philippe Vigier. La droite a également plaidé en faveur de négociations de branche, pour un dispositif «plus proche du terrain», tandis que le ministre du Travail Michel Sapin a vigoureusement défendu un «cadre national».

Côté Front de gauche, on déplore que la prise en compte de la pénibilité soit «affichée comme la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f.peter le vendredi 11 oct 2013 à 11:58

    Espérons qu'il ne leur viendra pas à l'idée de s'auto inclure dans les professions pénibles.

  • Phillrug le vendredi 11 oct 2013 à 11:30

    ...Les 35heures hebdo sont déjà amputées par les DIF auxquels vont s'ajouter ces points de formation. le temps de travail réel dans l'entreprise va encore être amputé, ce n'est pas comme cela qu'on redressera le pays..

  • Phillrug le vendredi 11 oct 2013 à 11:28

    Il y a des petits patrons et artisans qui font du 70h/semaine avec une rémunération guère supérieure à celle de leurs salariés,et qui bossent jusqu'à prés de 70 ans. A entendre ces politicards, il y aurait encore des salariés qui travaillent 50h/hebdo dans les mines de sel. Que l'on commence par mettre au niveau du privé le départ à la retrait des catégories protégées (Edf, sncf, ratp, clercs de notaires, et j'en passe...)...

  • supersum le vendredi 11 oct 2013 à 11:09

    je sens que meme les députés vont recherché la pénibilité dans leur travail de rond de cuir

  • pichou59 le vendredi 11 oct 2013 à 08:44

    la pénibilité du profit : ces types de profiteurs auront le droit à ce compte - style le sénateur sénateur-maire de Dunkerque (26 mandats et/ou délégations).....

  • M4189758 le vendredi 11 oct 2013 à 08:00

    JPi - Les polis tiques on doit tous les supporter. Alors la pénibilité, c'est pour tous.