Retraites : le Sénat rejette le compte pénibilité

le
8
Retraites : le Sénat rejette le compte pénibilité
Retraites : le Sénat rejette le compte pénibilité

Les sénateurs mènent la fronde contre le projet de réforme des retraites. Ils ont rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi la création d'un compte personnel de pénibilité au travail, l'un des points essentiels du texte défendu par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. La veille, les sénateurs avaient déjà voté contre un autre point essentiel du projet de loi : l'allongement de la durée de cotisation.

Sans surprise, la droit - UMP et centristes - a voté contre, comme cela a été le cas à l'Assemblée nationale. Les non-inscrits ont eu la même attitude. A gauche, il a manqué les voix des 20 sénateurs communistes, qui se sont abstenus, tandis que le PS, la quasi-totalité du RDSE (à majorité PRG) et les Ecologistes ont voté pour.

Dénonçant «l'enjeu financier, à la charge des entreprises», que représente la création de ce compte, Gérard Longuet (UMP) a estimé que «d'ici 2020, on va dans une impasse qui ne pourra être comblée que par des cotisations des entreprises ou des financements de l'État» et que son groupe ne pouvait pas la voter en l'état. Gérard Roche (UDI-UC) a, de son côté, relevé une «confusion entre deux volets qui devraient être distingués, la prévention et la réparation». Il a aussi estimé qu'il y avait une incertitude sur les décrets et une incertitude financière.

«Pas la panacée» pour les communistes»

En revanche, pour Claude Jeannerot (PS), ce compte constitue «plutôt un investissement qui, à terme, produira des économies, quand la pénibilité aura été supprimée», car il «a pour objectif d'éradiquer toute pénibilité». Pour Dominique Watrin (Communiste, républicain et citoyen), s'il est un progrès, le compte pénibilité «n'est pas la panacée. Trop de questions n'ont pas trouvé de réponse. Trop d'alinéas renvoient à des décrets, de sorte que nous nous exprimons sur un mécanisme dont nous ignorons les modalités», a-t-il dit en expliquant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1961G le vendredi 1 nov 2013 à 11:29

    il est difficile de distingué la pénibilité d'un travail par rapport à un autre . si dans la pénibilité on y voit que le travail physique , alors on se trompe . preuve en est que la plupart des suicides sont liés à du stress , surcharge de travail et sont pour la plupart des français qui travaillent dans un bureau . le stress doit rentrer dans la pénibilité car il est encore plus pénible pour une personne que le travail physique . le paramètre pénibilité est ingérable .

  • slivo le jeudi 31 oct 2013 à 14:45

    ce qui est sur, c'est que les sénateurs "super dodus" sont très mal placés en effet pour estimer ce qu'est la pénibilité au travail; 2 mots qu'ils ne connaissent pas.

  • SuRaCtA le jeudi 31 oct 2013 à 14:21

    Sinon en terme de pénibilité, ce gouvernement bat des records...

  • SuRaCtA le jeudi 31 oct 2013 à 14:21

    Le plus pénible dans le travail, c'est très souvent que qui l'entoure et qu'on subbit (chef, transport...), car le job on le connait et on l'accpete en entrant dans l'entreprise !

  • faites_c le jeudi 31 oct 2013 à 13:47

    En revanche, pour Claude Jeannerot (PS), ce compte constitue «plutôt un investissement qui, à terme, produira des économies, quand la pénibilité aura été supprimée», car il «a pour objectif d'éradiquer toute pénibilité»Pas de problème! A la vitesse à laquelle les entreprises mettent la clé sous la porte grâce aux socialos, la pénibilité devrait avoir disparue faute de combattants d'ici 10 ans maxi!

  • fbordach le jeudi 31 oct 2013 à 13:19

    Couac!

  • bignou56 le jeudi 31 oct 2013 à 12:37

    il faut être stupide pour attendre ou espérer une retraite que l'on n'aura jamais ou usé physiquement par le travail.

  • mcarre1 le jeudi 31 oct 2013 à 12:15

    Éradiquer la pénibilité? Non mais il habite sur quelle planète? Ou plutôt il se prélasse derrière quel bureau pour être aussi éloigné des réalités? En tous cas, ce compte pénibilité semble être encore une usine à gaz. La lourdeur de la réglementation et le coût des charges étouffe notre économie.