Retraites : le PS fait de l'équilibrisme

le
0
Les socialistes renvoient à Sarkozy la «responsabilité» d'une radicalisation du mouvement social, tout en appelant à manifester.

Jusqu'où ne pas aller trop loin? À l'heure où le mouvement social contre la réforme des retraites menace de se radicaliser, les socialistes s'interrogent sur l'attitude à adopter. S'ils en font trop, ils risquent de tomber dans l'antisarkozysme primaire. S'ils modèrent leur discours, ils prennent le risque de se couper des manifestants. Alors, ils ont trouvé une formule pour renvoyer la balle au chef de l'État.

«Si le pays venait à être bloqué, Nicolas Sarkozy en porterait seul la responsabilité, a ainsi lancé ce lundi David Assouline, lors du point presse du PS. C'est Nicolas Sarkozy qui semble souhaiter l'épreuve de force.» Interrogé sur les appels à la grève reconductible, il a pris toutefois ses distances: «Nous n'avons pas à juger les formes d'action» décidées par les syndicats. Cette nuance est exprimée par tous.

«Le rôle du PS est d'intensifier la mobilisation, ce qui ne veut pas dire la radicaliser», a déclaré le leader de l'aile gauche Benoît H

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant