Retraites : l'allongement de la durée de cotisation votée à l'Assemblée

le
5
Retraites : l'allongement de la durée de cotisation votée à l'Assemblée
Retraites : l'allongement de la durée de cotisation votée à l'Assemblée

C'est l'un des points les plus controversés de la réforme des retraites défendue par le gouvernement socialiste. Par 101 voix contre 64, les députés ont adopté, dans la nuit de mardi à mercredi, l'article 2 du projet de loi qui prévoit l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans. Concrètement, au rythme d'un trimestre tous les trois ans, la durée de cotisations requise pour une retraite à taux plein sera progressivement relevée à partir de 2020 pour atteindre 43 ans en 2035. La durée requise sera ainsi de 43 ans pour les assurés nés en 1973. Actuellement elle est de 41,5 ans pour la génération 1956. Cependant, ce texte ne touche pas à l'âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans depuis la réforme Sarkozy de 2010.

Cette mesure qui constitue l'une des clefs de voûte de la réforme a donné lieu pendant plusieurs heures à un débat tendu dans l'hémicycle. De fait, outre les députés de droite, les élus du Front de Gauche, les écologistes mais aussi 8 socialistes de l'aile gauche du parti, comme Jérôme Guedj, Pascal Cherki ou Barbara Romagnan, ont voté contre.

Touraine défend une réforme p«lus juste que le report de l'âge légal»

Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, l'a défendue en affirmant que «l'allongement modéré de la durée de cotisation, parce que l'espérance de vie s'allonge, était plus juste que le report de l'âge légal, qui ferait porter l'effort sur ceux qui ont commencé à travailler jeunes». De surcroît, Christian Paul, le député socialiste porte-parole sur cette réforme, a affirmé que «pour beaucoup de Français concernés par cette réforme la vie réelle au travail n'atteindra pas 43 ans», compte tenu des mesures pour prendre en compte la pénibilité, la situation de femmes ou de jeunes.

L'UMP dénonce un manque de «courage» et une «hypocrisie» du PS

A l'inverse, tout en plaidant, entre autres, pour un nouveau report de l'âge légal ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7340760 le mercredi 9 oct 2013 à 18:09

    Une petite info pour ceux qui connaissent le parasite Psdi, je suis entrain de lire le dernier livre de François De Closet,et ilIndique que sur chaque facture EDF, la dernière ligne CTA, et bien cette contribution va alimenter la caisse de retraite EDF,Les consommateur apprécieront après le 1/100 pour le comité d'entreprise

  • supersum le mercredi 9 oct 2013 à 12:01

    Et dire que c'est des gau*chistes qui font ça attention au retour de la droite en 2017 ça va etre pire

  • supersum le mercredi 9 oct 2013 à 11:56

    Admettons un tres bon étudiant, dipplomé à 22 ans bac +4 +5 qui n'a aucun mal à trouver un boulot, Admettons encore qu'il reste toute sa vie dans une entreprise sans chomage et que le patron ne préfère pas un petit jeune tout autant qualifié et moins cher à l'aube de ses 45 ans. Et bien il aura sa petite retraite taux plein à 22+43 = 65 ans. On vit désormais dans le monde merveilleux de OUI OUI.

  • M5263647 le mercredi 9 oct 2013 à 09:17

    Bonjour,Jusqu'à présent l'espérance de vie était en progression constante, ce qui est avancé pour nous faire croire que nous devons travaillé plus !Cependant tout indique que cette espérance de vie va au mieux stagner dans les prochaines décennies, voire même diminué, surtout pour les femmes (84,8 ans en 2012 pour 85 ans en 2011)En effet les modes vie se dégradant (cigarette, fast food, ...), il est assuré que les personnes née après 1960 auront une espérance de vie bien moindre.

  • f.peter le mercredi 9 oct 2013 à 09:11

    Pas un mot sur la réforme des retraites ultra favorables des députés et sénateurs. Singulier, non? Ils s'oublient tout le temps, à croire que les favorisés ce sont les autres retraités. Il m'étonnerait pourtant fort que le régime des élus soit à l'équilibre.