Retraites complémentaires : négociation cruciale pour sauver l'Agirc et l'Arrco

le
4
Retraites complémentaires : négociation cruciale pour sauver l'Agirc et l'Arrco
Retraites complémentaires : négociation cruciale pour sauver l'Agirc et l'Arrco

Syndicats et patronat ouvrent mardi une nouvelle négociation sur les retraites complémentaires. Enjeu : trouver un accord pour sauver les deux régimes d'un naufrage imminent. Quelque 18 millions de personnes cotisent soit à l'Agirc (cadres), soit à l'Arrco (tous les salariés du privé). Les négociateurs préviennent : si le patronat et les syndicats ne trouvent pas d'ici à fin juin de solution pour les sortir du rouge, une baisse des pensions est inéluctable.

Les déficits font fondre les réserves. L'arrivée des générations de l'après-guerre à l'âge de la retraite gonfle les dépenses, tandis que la crise économique avec un fort taux de chômage pèse sur les recettes, réduisant les rentrées de cotisations sociales. Les réserves accumulées par les deux régimes pendant les années fastes fondent rapidement pour éponger les déficits. Au point que si rien n'est fait, celles de l'Agirc pourraient être épuisées en 2018, celles de l'Arrco en 2027. Or, la pension complémentaire représente approximativement 60% de la retraite totale des cadres, un tiers de celle des non-cadres.

Depuis des années, le patronat et les syndicats s'accordent depuis des années pour ajuster les paramètres à la situation économique. Néanmoins, la tâche s'annonce beaucoup plus ardue cette année au regard des déficits (1,24 milliard pour l'Agirc en 2013, 405 millions pour l'Arrco) et de l'assèchement des réserves.

Les voies prônée Les partenaires sociaux disposent d'une série d'outils aux incidences très diverses. Compte tenu de la situation des cadres, il leur faut regarder ce qui rapporte le plus, et à court terme. Et les gains les plus importants découlent notamment d'un recul de l'âge de départ, «épouvantail» agité par le Medef, selon les termes d'un syndicaliste.

Imposer des décotes temporaires ou définitives aux actifs qui prendraient leur retraite avant un certain âge, qui pourrait être 67 ans, est l'autre principale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeepaudi le lundi 16 fév 2015 à 11:29

    recul de l'âge de la retraite, pas seulement pour les cadres, mais pour tous; pas d'évolution des retraites pendant 5 ans mais pour tous, y compris les fonctionnaires et régimes spéciaux dont les finances sont bien plus catastrophiques mais supportées par les impôts.... en clair, une remise à plat des inégalités les plus criantes dans le modèle Français

  • M3372833 le dimanche 15 fév 2015 à 23:18

    chacun sait que l euthanasie active sera utilisee pour abréger les vies. il n'y aura bientôt plus d'autre solution pour les pauvres et certains cadres

  • frk987 le dimanche 15 fév 2015 à 22:38

    On ne sauve pas une pyramide de Ponzi......Merci aux législateurs de 1946 et à leurs successeurs d'avoir instauré une retraite par répartition !!!!!

  • M8404021 le dimanche 15 fév 2015 à 21:39

    Pfff, quel naif croit encore aujourd'hui que les caisses de retraites tiendront le coup. Celui qui compte sur ses cotisations pour vivre après sa retraite prends un gros risque (je me demande si c'est pas moins risqué de jouer en bourse)