Retraites complémentaires : la faillite, c'est demain

le
61
Retraites complémentaires : la faillite, c'est demain
Retraites complémentaires : la faillite, c'est demain

Le régime de retraite complémentaire des cadres, l'Agirc, en possible cessation de paiement d'ici fin 2017, c'est-à-dire demain. Celui des non-cadres, l'Arcco, lui aussi menacé à brève échéance... Voilà deux des constats chocs que la Cour des comptes s'apprête à dresser, jeudi, dans un rapport public thématique, qu'elle a pour la première fois décidé de consacrer à l'avenir des retraites complémentaires des salariés du privé*. Les enjeux sont colossaux.

Après dix années de bonne santé financière, les déficits s'accumulent tant depuis 2009 qu'à court terme, quel que soit le scénario retenu, « l'épuisement des réserves à échéance rapprochée » semble inéluctable. Pour les 18 millions de salariés concernés (Arcco) et, surtout, 4 millions de cadres, cette prédiction est d'autant plus inquiétante que la part complémentaire de leur pension avoisine souvent 30 %, 50 %, voire davantage de leur retraite globale... Non seulement, estime la Cour dans ce rapport confidentiel que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » s'est procuré, il faut prendre des mesures d'urgence (notamment en demandant un nouvel effort aux cadres et en réformant la gestion des caisses), mais cela n'y suffira pas. Les magistrats de la rue Cambon font aussi allègrement sauter le verrou symbolique d'un nouveau recul de l'âge du départ à la retraite. C'est écrit noir sur blanc : la Cour envisage comme solution un recul de l'âge moyen de départ à la retraite de deux années, obtenu -- comme cela est précisé en note de bas -- « par un recul d'autant des âges légaux de départ à la retraite ». Autrement dit, celui-ci étant fixé actuellement à 62 ans, il faudrait alors travailler jusqu'à 64 ans pour pouvoir déclencher sa retraite complémentaire.

Une piste de réflexion qui réjouira le Medef, mais irritera fortement les syndicats. D'autant plus que ceux-ci (pas naïfs !) pourraient y voir un  cheval de Troie annonciateur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • didluck le vendredi 19 déc 2014 à 12:52

    Ne pas oublier qu'avec le déficit actuel l'État arrive encore à emprunter,mais l'argent de qui?et bien le votre......et ça va continuer encore combien de temps?ne vous inquitez pas on saura bien vous dire,désolé mais votre épargne n'est plus disponible,l'État s'en est chargé.......

  • froggy83 le jeudi 18 déc 2014 à 12:20

    Allo, allo, y a-t-il un élu assez c0 ui-llu pour dénoncer publiquement et agir contre le vol dans nos caisses depuis des lustres des régimes spéciaux EDF GDF SNCF ? Non? ça ne m'étonne pas, trop préoccupés tous, trop nombreux qu'ils sont, à préserver leurs avantages

  • M2711013 le mardi 16 déc 2014 à 18:06

    pas au courant, à l'EDF... marrant, non ?

  • M2711013 le mardi 16 déc 2014 à 18:05

    mais peut-être ne sont ils pas au courant... quand au titre de l'article, comment un journaliste digne de ce nom peut-il se permettre de tels mensonges ?

  • M2711013 le mardi 16 déc 2014 à 18:04

    EDF doit rendre le pognon volé aux salariés du privé !

  • M7097610 le mardi 16 déc 2014 à 10:46

    la vérité sort de la bouche des enfants...et pas seulement dans les dom tom ! La bourgeoisie parisienne adore les postes de haut fonctionnaire ! Bien évidemment qu'ils veulent être fonctionnaire puis ensuite politiciens car à ce niveau, c'est profusion !

  • paspil le mardi 16 déc 2014 à 10:44

    dans les DOMTOM tous les enfants veulent devenir fonctionnaire ...

  • M7097610 le mardi 16 déc 2014 à 10:30

    le prix de l'electricité augmente uniquement pour financer la retraite des retraités edf et gaz. Trop facile daccuser les energies renouvelables !

  • bali16 le mardi 16 déc 2014 à 09:50

    Il faut prendre 10% des Assurances Vies pour financer les retraites

  • M3366730 le lundi 15 déc 2014 à 20:41

    Pourquoi ne s'occupent-ils pas avec autant de sérieux d'ajuster le % de cotisations retraite global payé entre les différents salariés par rapport à la retraite versé à savoir : 41% pour le secteur privé, 22% pour les fonctionnaires territoriaux et seulement 11% pour les fonctionnaires d'état ; il y a un sérieux recadrage à faire et des milliards en + à prélever sur les deux seconds régimes. Et je ne parle pas là de la situation ubuesque des régimes spéciaux......