Retraites : ce qui a été acté

le
19
Force ouvrière a confirmé ce matin la mise en place d'un compte pénibilité. Retour sur les points essentiels de ces deux jours de discussions entre l'exécutif et les organisations patronales et syndicales. » Retraites : Ayrault s'applique à ne mécontenter personne

La durée de cotisation

Si l'exécutif se refuse à repousser le recul de l'âge légal de départ à la retraite, il envisage d'augmenter la durée de cotisation, qui atteindra 41 ans et trois trimestres en 2020. La prochaine réforme ne s'appliquera pas donc avant cette date, a souligné le premier ministre. Reste à déterminer jusqu'où la limite cruciale sera repoussée. Le rapport Moreau sur les retraites proposait d'ajouter un trimestre tous les 3 ou 4 ans, soit 44 ans de cotisations nécessaires pour la génération de 1989. Une mesure qui satisferait le Medef mais qui provoque l'ire des syndicats de salariés. Seule la CFDT n'y est pas tout à fait opposée, tout en prévenant qu'elle n'acceptera pas d'aller au-delà de 43 ans en 2035.

La hausse de la CSG

Pas de hausse généralisée, c'est l'engagement de Jean-Marc Ayrault. En revanche, un alignement de la CSG des retraités (aujourd'hui à 6,6%) sur celle des actifs (7,5%) est l'option privilégiée pour l'instant, suite à une concession de la CGPME.

Le mode de calcul

Expurgé des négociations, le mode de calcul des retraites ne changera donc pas. La retraite des fonctionnaires continuera d'être calculée en fonction des six derniers mois tandis que celle des travailleurs du privé le sera toujours sur les 25 meilleures années.

Le compte pénibilité

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO) l'a confirmé ce matin : un compte pénibilité sera mis en place à partir du 1er janvier 2015. Il sera financé par les employeurs. La CGT évoquait hier une année de cotisations de gagnée pour trente travaillées, ce qui permettrait aux salariés ayant des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite.

Des mesures pour les jeunes...

Alors que les deux-tiers des trimestres en apprentissage et en alternance sont aujourd'hui pris en compte pour la retraite, ils le seront désormais intégralement. Les jeunes diplômés auraient également la possibilité de racheter leurs années d'études à un tarif préférentiel jusqu'à cinq ans après la fin de celles-ci.

... et pour les femmes

La majoration des pensions de 10% pour les parents d'au moins trois enfants disparaîtrait au profit d'un forfait attribué uniquement aux femmes, à partir du premier enfant. Afin de moins pénaliser le temps partiel, le seuil nécessaire pour valider un trimestre de cotisation pourrait être abaissé à 150 fois le SMIC horaire brut, contre 200 fois à l'heure actuelle.

Le financement de la réforme

Aucune information n'a filtré sur le financement exact que nécessiteraient ces différentes mesures. Si la hausse généralisée de la CSG est écartée, la piste la plus probable serait une hausse des cotisations vieillesse, supportée par les entreprises. Pour ne pas froisser le Medef, le gouvernement lui a promis en échange une baisse du coût du travail, sans plus de précisions.

Les retraités seront également mis à contribution, puisqu'ils devront dire adieu à l'abattement fiscal de 10% sur leurs pensions. Cela permettra à l'Etat de récupérer entre 500 millions et 3,3 milliards d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le jeudi 5 sept 2013 à 14:13

    et les régimes spéciaux pour des gens dont la pénibilité n'est pas spéciale ?

  • M1945416 le mercredi 28 aout 2013 à 09:10

    un gamin de 6em , a qui on aurait poser le pb, aurai trouvé mieux... quel exemple d'égalité ...

  • gpadbol le mardi 27 aout 2013 à 19:42

    gilcala, ta haine du public te fait dire n'importe quoi. Dans la nouvelle réforme, le secteur privé n'est pas touché non plus. En plus, il y a des avantages pour les jeunes, a qui l'on demande tellement pour entretenir le niveau de vie des pensionnés, comme la prise en compte de la pénibilité qui compense en partie les engagements non tenue des gouvernements précédents.

  • gpadbol le mardi 27 aout 2013 à 19:36

    c'est exact roulio86. Quant on veut réformer, il faut montrer l'exemple.

  • roulio86 le mardi 27 aout 2013 à 19:14

    gpodbol la crise elle est pour tous le monde, sauf pour les parlementaires qui ne changent rien.....et quand je vois qu'on a 39 ministres qui se goinfres alors qu'en Allemagne il sont 9.....

  • gilcala le mardi 27 aout 2013 à 18:41

    Ce n'est pas une réforme puisque tous les régimes spéciaux ne seront pas modifiés : les syndicats de salariés ne sont pas concernés par les retraités du privé. Ils sont donc prêt à accepter n'importe quoi du moment que l'on ne touche aux "avantages acquis" du secteur public. Où est la "solidarité" vantée par ce gouvernement hypocrite ?

  • gpadbol le mardi 27 aout 2013 à 18:34

    Rappelez vous de cette réforme juste sous nabobidon 1er que le monde du travail a subi, tout régime confondu, sauf les pensionnés. Clientélisme politique oblige, il est temps que les retraités passent à la caisse. quand on réforme à cause de la crise, tout le monde participe. La crise, elle est pour tout le monde....

  • roulio86 le mardi 27 aout 2013 à 18:22

    Gpadbol ou tu vois que cette réforme est juste , privé,fonctionnanires ,régimes spéciaux,parlementaires, etc.....rien de changé....il y a bine qu'un gau chos pour penser que c'est juste.....

  • glaty le mardi 27 aout 2013 à 17:58

    CECI EST """ INACCEPTABLE """ alignement de la CSG des retraités (aujourd'hui à 6,6%) sur celle des actifs (7,5%) est l'option privilégiée pour l'instant, suite à une concession de la CGPME.IL FAUT FAIRE PAYER LES FONCTIONNAIRES qui; leur calcul pourleur retraite est BASE SUR LES 6 DERNIERS MOIS DE TRAVAIL alors que le calcul pour le secteur privé est de 25 DERNIERES ANNEES ...CE N'EST PAS JUSTE NI EQUITABLE UNE FOIS ENCORE ...IL FAUT SORTIR DANS LES RUES ET LUTTER CONTRE CETTE INJUSTICE

  • gpadbol le mardi 27 aout 2013 à 17:28

    Enfin une reforme juste! Tous le monde va payer (pas comme la précédente réforme). Enfin la fin des privilèges pour nos très chers pensionnés. Auront ils le courage d'aller jusqu'au bout.