Retraites : Ayrault promet de laisser du temps à la concertation

le
10
Retraites : Ayrault promet de laisser du temps à la concertation
Retraites : Ayrault promet de laisser du temps à la concertation

Tenir le cap et temporiser. Tel est désormais l'objectif de Jean-Marc Ayrault, au lendemain des premières fuites sur le rapport remis la semaine prochaine par la Commission Moreau sur les retraites. Questionné sur ce dossier explosif lors de la séance de questions au gouvernement, le Premier ministre a rappelé que cette commission ne ferait que proposer des «hypothèses», et pris «l'engagement» que l'exécutif ne proposerait pas de réforme des retraites avant la tenue d'une «concertation» menée jusqu'à la rentrée.

Augmenter la durée de cotisation, fiscaliser les bonus pour enfants, sous-indexer les pensions : le rapport Moreau sur la réforme des retraites devrait suggérer de faire contribuer actifs et retraités, mais aussi les fonctionnaires. Questionné ce mercredi par le député PS Alain Claeys, le Premier ministre a d'emblée souligné qu'une telle réforme s'imposait, puisque «les problèmes» demeurent malgré les précédentes réformes «censées tout régler», menées en 2003 et 2010 par la précédente majorité. «Les inégalités face à la retraite se sont creusées», a-t-il dénoncé, estimant qu'il fallait «arrêter de faire payer par la dette le régime par répartition».

VIDEO. Ayrault fait le point sur la réforme des retraites

Rien ne sera décidé avant la rentrée 2013

Pour «tourner cette page», le gouvernement étudiera donc les «hypothèses» proposées par la commission Moreau, dont les pistes ont fuité mardi dans la presse. Les pistes «seront multiples, il appartiendra au gouvernement» de piocher parmi celles-ci, a ajouté Jean-Marc Ayrault, avant de dévoiler son calendrier.

«Avant (la réforme), il y a des rendez-vous, et le premier rendez-vous sera la conférence sociale des 20 et 21 juin», a fait valoir Jean-Marc Ayrault, soulignant qu'une «table ronde» serait alors spécifiquement consacrée aux retraites. «Les partenaires sociaux, les représentants de la fonction publique, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4369955 le vendredi 7 juin 2013 à 17:20

    Et la piste de raccourcir les études pour rentrer plus tot ds la vie active, plutôt que de pourrir sur les bancs de l'enseignement supérieur, YEN A UN DE JOURNALISTE QUI LA PRESENTERA au lieu de reporte l'age du départ a la retraite toujours plus loin ?????

  • grokuik1 le jeudi 6 juin 2013 à 12:40

    comme toujours s'attendre à la souris qui sortira de l'éléphant !!! DEJA DIT QU ON SUPPRIME LES MAJORATIONS FAMILIALES QUI N ONT RIEN A VOIR AVEC COTISATIONS DES SALARIES DU PRIVE / ON COTISE POUR SOI MEME (ENCORE LA REVERSION JE VEUX BIEN POUR LA VEUVE) MAIS INSTALLE UN SUPPLEMENT RETRAITE PAR ENFANT A PARTIR DU 3° FALLAIT LE FAIRE / SACRES COMPTABLES !!! pas etonnant l'état des caisses actuelles

  • y.tiruz le jeudi 6 juin 2013 à 12:21

    il faut permettre au chômeur de plus de 59 ans de partiren retraite, son activité de retraite rapportera plus quesa vie en parenthèse à rien faire , sans consommer faute demoyen ...

  • jfmaudi le jeudi 6 juin 2013 à 08:30

    Il lui faut du temps ? Va y avoir une dotation indivuduelle de vaseline ?

  • jsrlak1 le jeudi 6 juin 2013 à 07:53

    En tout cas l'élu aura toujours ses niches fiscales tout comme le journaliste

  • jsrlak1 le jeudi 6 juin 2013 à 07:49

    Traduction comment faire payer les salariés du privé, maintenir les droits des salariés du public et faire payer les foyer les plus aisés

  • EuropeGa le jeudi 6 juin 2013 à 01:30

    Ce même Sarkozy qui a été reçu il y a peu par Goldmann Sachs. Il a du leur dire "Hein, on les a bien eu ces c. de français". Et malheureusement il a raison : les français sont vraiment des c. pour s'être ainsi laissé piéger par une dette qu'ils ne pourront jamais rembourser ! !

  • EuropeGa le jeudi 6 juin 2013 à 01:29

    Tout a commencé par la loi de 1973, année ou la dette était égale à zéro et où il y avait très peu de chômeurs pour arriver 40 ans plus tard à 2000 milliards de dette et 6 millions de chômeurs. Mais les français ont fabriqué eux même leur malheur en votant Oui a Maastricht et en laissant Sarkozy faire pipi sur le résultat du référendum de 2005.

  • roulio86 le mercredi 5 juin 2013 à 22:43

    Nos politicards voleurs vont peur être aligner leur retraite sur celle du privé .........hollande dégage..

  • rgrenec1 le mercredi 5 juin 2013 à 19:34

    cela fait 40 ans (au moins) que les gouvernements successif temporisent et écoutentn'importe quel actuaire digne de ce nom vous exposerait les raisons qui conduisent à la faillite du système (je me répète depuis, 40 ans)temporisons et ecoutonsla trahison permanente, je paraphrase un auteur illustre, premier juste parmi les traites