Retraite : les doutes et les rêves des Européens

le
1
BlackRock, le plus grand gestionnaire mondial, a mené l'enquête auprès des Européens sur leur vision de la retraite. Parfois drôles, les résultats sont sans appel.

Ce n'est pas une surprise: les Suisses sont les plus précis des Européens! Dans l'étude «Investor Horizons» de BlackRock, ce sont ceux qui connaissent le mieux le revenu qu'ils peuvent espérer à la retraite. Ils s'attendent ce jour-là à disposer de 62.600 francs suisses (51.720 euros) par an. Un peu plus que la réalité, puisque chez eux, un retraité reçoit aujourd'hui 52.300 francs suisses. Mais cet optimisme n'est rien à côté de celui des Français, qui rêvent de disposer à la retraite d'un revenu de 29.000 euros par an. Soit tout simplement le double du revenu annuel moyen réel d'un retraité célibataire (14.600 euros).

Réalisée par un organisme international de sondage, Yougov, auprès de 11.000 personnes, cette étude souligne, comme beaucoup d'autres, l'aversion au risque des Français et leur intérêt pour les livrets d'épargne, qui pourtant préservent mal leur capital de l'inflation. Elle révèle aussi le peu d'enthousiasme des futurs retraités pour les rentes: 8% seulement des Français y voient une source de financement pour la retraite. Presque autant que ceux (7%!) qui comptent.... sur le Loto et l'Euro Millions pour financer leurs vieux jours. «En Grande-Bretagne, ceux qui tablent sur ces revenus fixes pour leur retraite sont même tout aussi nombreux que ceux qui attendent le salut des jeux de hasard», remarque Stephen Crocombe, responsable européen du développement produits de BlackRock.

Peu de crédit accordé aux conseillers financiers

L'étude montre aussi à quel point les Français accordent peu de crédit à ceux qui sont censés les guider dans leurs choix d'épargne. Ils ne sont que 12% à faire confiance aux conseillers financiers pour les aider à atteindre leurs objectifs. L'État n'est plus non plus un recours: 9% seulement comptent sur lui. À tout prendre, la famille et les amis restent les valeurs les plus sûres: 51% des sondés en France accordent de l'importance à leurs avis. Ce qui signifie quand même que l'autre moitié a quelques doutes...

Les conseils des experts financiers ont si peu de valeur que les Français ne sont pas prêts à les payer, ou alors très peu cher: le tarif horaire moyen qu'ils accepteraient de débourser serait de 45 euros. Et 16% d'entre eux ne veulent pas payer plus de 10 euros de l'heure! Inquiétant pour la profession au moment où une directive européenne veut s'attaquer à la rémunération des conseillers indépendants, jusqu'à présent essentiellement constituée de commissions versées par les assureurs et les gestionnaires dont ils vendent les produits. Cette directive s'inspire d'ailleurs des nouvelles réglementations qui entreront en vigueur en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas dès le 1er janvier prochain.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gepadtun le samedi 1 déc 2012 à 23:40

    Ha ha, le retraité veut toucher 2 fois plus que l'actif moyen. La société avance.