Retraite : le rachat des années d'études moins coûteux dès janvier

le
0
Le report de l'âge légal de la retraite devrait modifier à la baisse le coût d'un trimestre.

Effet collatéral de la réforme des retraites, le rachat des années d'étude devrait devenir un peu moins coûteux à compter des premiers jours de janvier. Par un simple effet mécanique, le report de l'âge légal de départ à la retraite devrait en effet modifier, selon le décret à publier dans les prochains jours, le barème applicable par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Calculé pour être neutre financièrement pour la caisse, le coût de rachat des années d'étude croît notamment avec l'âge du futur retraité. Aujourd'hui, le prix d'un trimestre (en option «taux et durée») s'élève par exemple à 2089 euros pour une personne de 20 ans, et à 5800 euros pour un assuré de 55 ans. En repoussant de deux ans l'âge légal de départ à la retraite, la réforme induit une baisse de ce coût d'environ 5%. Le prix d'un trimestre passe à 1981 euros à 20 ans, et à 5524 euros à 55 ans.

Entré en vigueur au 1er janvier 2004, ce dispositif permet d'augmenter le niveau de sa pension en rachetant un ou plusieurs trimestres d'une année incomplète, dans la limite de douze. Il est d'autant plus intéressant pour le futur retraité qu'il permet de déclencher des droits à la retraite complémentaire, et que des facilités fiscales réduisent le coût de l'opération. Puisque la part complémentaire de la retraite est d'autant plus élevée que le salaire est important, l'opportunité de recourir au dispositif croît avec le niveau de revenu. Dans 77% des cas, les acheteurs déclarent ainsi des revenus supérieurs au plafond de la sécurité sociale (2885 euros par mois en 2010). En 2010, un assuré a dépensé en moyenne 24.552 euros pour le rachat de ses trimestres manquants (5,8 trimestres, en moyenne), le plus souvent à une échéance proche de la retraite.

Globalement, «on ne peut pas dire qu'il y ait eu un fort engouement pour cette possibilité depuis 2004», constate cependant Vincent Poubelle, directeur statistique et prospective de la Cnav. En sept ans, 29.350 personnes seulement ont bénéficié de ce dispositif essentiellement attractif pour les hauts revenus. Si vous souhaitez mesurer l'impact d'un tel rachat sur votre situation individuelle, la Cnav met à la disposition des assurés les informations sur son site permettant de calculer l'intérêt de l'opération pour chacun, en fonction de son âge et de ses revenus. Pas sûr, donc, que la baisse programmée du coût d'un trimestre ne génère à la Cnav un important afflux de demandes supplémentaires.

LIRE AUSSI :

» Les retraites complémentaires sécurisées jusqu'à fin juin

» Les Français idéalisent leur retraite

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant