Retraite : la réforme devrait être purement fiscale

le
20
La principale mesure à court ­terme de la réforme Ayrault se résumerait à une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG).

Et si la réforme des retraites se résumait à une simple augmentation de la pression fiscale... Si Jean-Marc Ayrault présentera lundi et mardi aux partenaires sociaux les grandes lignes du projet gouvernemental, le contour de ses principales mesures est déjà connu. Et l'essentiel à l'heure actuelle, pour ne pas dire la totalité des sept milliards nécessaires à horizon 2020 pour sauver le régime général des retraites, serait financé par des hausses de prélèvements.

La principale mesure à court ­terme de la réforme Ayrault se résumerait à une hausse de la CSG. «C'est une option qui a sa cohé­rence», a reconnu hier la ministre des Affaires sociales, Marisol Tou­raine, sur France 2. Cette piste divise toutefois au sein même de la majorité. Le député de Paris Jean-Marie Le Guen y est hostile. «La CSG a normalement pour vocation de financer l'assurance-maladie», rappelle-t-il. Et non celle de boucher les trous des régimes de retraite.

Ce prélèvement, assis très largement sur les revenus du travail, a l'avantage, du point de vue de l'exécutif, de générer immédiatement de fortes recettes: une hausse d'un point de CSG fait rentrer automatiquement onze milliards dans les caisses de l'assurance-vieillesse. Noyée au milieu de la fiche de paye des salariés, elle n'est pas très lisible pour la plupart des Français, ce qui ne gâche rien. Les retraités ne devraient pas non plus être écartés de l'effort à mettre en ½uvre. Les plus aisés d'entre eux risquent de voir leur taux réduit (il est aujourd'hui fixé à 6,6%, ramené au niveau de celui des actifs, soit 7,5%). Une mesure qui traîne dans les dossiers de tous les ministres qui ont eu à mettre en ½uvre une réforme des retraites mais qu'aucun n'a eu, jusqu'à présent, le courage politique d'actionner.

Hausse des cotisations employeur

Les entreprises seront elles aussi mises à contribution via une hausse des cotisations, normalement pour financer le «compte pénibilité» que le gouvernement veut instaurer afin de prendre en compte les conditions de travail difficiles (travail de nuit, exposition à des facteurs cancérigènes...) dans le calcul des retraites. La facture s'élèverait à plus de deux milliards d'euros par an. Le relèvement de la taxe sur les dividendes est également sur la table.

Le gouvernement se retrouve en fait contraint d'utiliser la carte des prélèvements car il a écarté des paramètres d'ajustement tout nouveau report de l'âge légal de départ (62 ans à partir de 2017) et refuse d'allonger, avant 2020, la durée de cotisation qui reste donc plafonnée à cette date à 42 annuités. «Le faire avant, ce serait la loi de l'enquiquinement maximum et reviendrait à durcir les mesures de la réforme Fillon de 2003 de hausse automatique de la durée de cotisation, que la gauche avait combattues», explique un proche du président. Et ce, de ­surcroît, pour un gain financier très limité: entre 250 et 600 millions par an, en 2020, d'après les calculs du rapport Moreau.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • klein44 le mardi 3 sept 2013 à 20:34

    serpeau tu ne bosses pas toi - pourquoi pas reduire les jours de congés - petit c

  • klein44 le mardi 3 sept 2013 à 20:33

    le gouverfnement melange tout - fiscal social familial - tout termine par une hausse de la csg soit une diminution des aides - autre moyen d'augmenter les impots - vive le pouvoir d achat

  • nayara10 le dimanche 25 aout 2013 à 20:15

    Saigner ceux qui travaillent dur pour nourrir encore plus ceux qui n'ont jamais travaillé en FRANCE .C'est très courant en FRANCE..

  • serpreau le jeudi 22 aout 2013 à 08:48

    eskimmo Supprimer les avantages mutuelle, ticket restaurant, cheque vacance etc, permettrait aux entreprises un regain de compétitivité.

  • neutro le jeudi 22 aout 2013 à 00:25

    Et voilà, encore un botté en touche...Quand aura-t-on quelqu´un en France qui aura le courage d´essayer de régler les problèmes au lieu de les enterrer?

  • M1961G le mercredi 21 aout 2013 à 16:08

    la tva sociale de Sarkozy pour baisser les charges des entreprises , trouver de nouvelle recette pour les retraites , sécurité sociale a un sens . dommage que hollande ne le fasse pa

  • M1961G le mercredi 21 aout 2013 à 16:05

    en tant qu'actif du privé , une hausse de la csg ou de la tva fait contribuer tout les français . tout les régimes payent ainsi que les retraités . d'ailleurs , l'impôt le plus juste est la tva car on paye si on consomme et plus on consomme , plus on paye , donc les riches sont davantage pénalisés . je suis pour une tva à 25% : 1% ou 2% pour la retraite , 1 ou 2% pour la sécurité sociale , 1 ou 2% pour les entreprises (baisse des charges ) . on consomme , on paye , c'est logique .

  • r.espic le mercredi 21 aout 2013 à 13:15

    La France de l'horreur.

  • matt62 le mercredi 21 aout 2013 à 12:24

    impôts taxes taxes impôts ce sont les seuls mots que les socialos connaissent

  • matt62 le mercredi 21 aout 2013 à 12:18

    et voilà de nouveau de l'impot supplémentaire